TOP

Banque en ligne

Classement

Complet

Nouvelle application, nouveaux tarifs, Apple Pay… ING en tenue de combat

Dernière révision : 24/06/2020

Fin 2015, ING était la première banque en ligne de France et fêtait son premier million de clients en fanfare.

Un joli succès populaire pour une banque en ligne haut de gamme !

Toutefois, cette première place aurait-elle quelque peu amoindri le champs de vision des dirigeants de la société ?

Banque en ligne ING

Force est de constater que depuis cette date symbolique, la concurrence hyper agressive de Boursorama Banque ajoutée à l’entrée des néobanques (N26, Revolut, etc…) n’ont pas permis à ING de poursuivre sa croissance.

Pire, depuis quelques années, les clients se plaignent même régulièrement de la plateforme.

Lente et remplie de bugs, l’interface client qui était autrefois la force de la banque en ligne est ainsi apparue comme un point faible.

Or, au même moment, les banques mobiles prenaient un malin plaisir à mettre en avant des expériences utilisateurs d’une grande fluidité via des applications mobiles plébiscitées par une toute nouvelle génération de consommateurs bancaires.

De quoi faire mal quand on se rappelle qu’ING communiquait allègrement sur son application mobile comme étant la mieux notée par les utilisateurs dans la catégorie banque / finance…

Mais des indices laissent penser qu’ING ait pris la mesure de la situation et qu’une nouvelle page de son histoire soit en cours d’écriture…

Une nouvelle application au goût du jour

La banque en ligne va-t-elle regagner les faveurs de ses utilsateurs ?

Avis ING Play Store

A en juger par la proportion inquiétante d’avis à une étoile sur le Google Play Store, la route risque d’être longue.

Toutefois, depuis la mise à jour du 9 juin 2020, des avis positifs réapparaissent, comme celui ci-dessous :

Avis ING

Comme pour tout business, obtenir son premier client satisfait est en général le plus dur…

Pour avoir testé l’application de notre côté, impossible de nier une amélioration nette de l’expérience.

Il y a même fort à parier que ce n’est que le début.

En effet, d’un point technologique, il est fort probable que tout le code de l’application a été revu, ce qui implique qu’ajouter des fonctionnalités sera plus facile à l’avenir.

Comme le paiement mobile ?

Apple Pay en approche ?

S’il y a bien une chose sur laquelle on ne peut pas critiquer ING, c’est celle de la transparence.

A travers son forum en ligne disponible à tous, on constate que l’absence de paiement mobile et notamment d’Apple Pay est une fonctionnalité réclamée à corps et à cris par les utilisateurs depuis de nombreuses années.

De quoi provoquer l’incompréhension d’une bonne partie de la clientèle qui considère que le paiement mobile doit faire partie du contenu de toute banque en ligne digne de ce nom, qui plus est haut de gamme…

Or, hasard ou coïncidence, même si ING n‘a pas encore confirmé de date de lancement, des indiscrétions du côté d’Apple laissent penser que c’est pour très bientôt.

Enfin, diront à n’en pas douter de nombreux clients !

ING ajuste sa rentabilité face à la crise

Après le remaniement majeur de son offre avec l’introduction de l’offre gratuite et sans condition ING Essentiel, la banque en ligne est dans une phase d’actualisation de ses tarifs.

En effet, pour faire face au contexte économique détérioré, des ajustements sont en cours pour augmenter la rentabilité sans faire trop de vagues.

Ainsi, à partir du 1er juillet 2020, ce sont notamment les tarifs de la bourse en ligne qui vont être revus à la hausse.

Malheureusement, la hausse est assez conséquente pour certains ordres de bourse, notamment compris entre 1 000€ et 6 000€, même si en passant d’une tarification à coût fixe (par exemple 6€ l’ordre de 3 000€), la hausse n’est pas visible au premier d’oeil en adoptant une tarification en pourcentage du montant de l’ordre (par exemple 0,35% l’ordre de 3 000€, soit 10,50€).

Or, l’activité des courtiers en ligne est actuellement en plein boom suite à un afflux de nouveaux investisseurs dans la foulée du krach de mars 2020.

En tant que courtier facile d’accès et approprié aux débutants selon notre évaluation, il est dommage de constater que les tarifs ne sont plus vraiment un point fort de l’offre de trading.

Autre changement à venir, les consommateurs qui souhaitent bénéficier de la Gold Mastercard ING à travers l’offre sans condition de revenus, c’est-à-dire au coût de 5€ par mois, verront ce tarif doubler à partir du 1er septembre.

Comme nous l’avons exprimé à de multiples reprises, cette offre ne révélait à nos yeux qu’un faible intérêt. En effet, il est difficile de justifier pleinement l’emploi d’une carte carte Gold avec des revenus moindres.

Maintenant, avec un coût de 10€ par mois, nous pensons que ce débat est réglé !

L’avenir pour ING ?

Sans prime de bienvenue à l’heure actuelle, il semble clair qu’ING privilégie la solidité de ses fondamentaux plutôt que le recrutement de nouveaux clients.

Et sur le long terme, difficile de ne pas y voir une stratégie gagnante.

En effet, la conjoncture difficile incite à la prudence et les retours de clients insatisfaits commençaient à faire de l’ombre à la marque.

Toutefois, il reste encore du chemin à parcourir.

Par exemple, sur ordinateur, la nouvelle interface n’est qu’à moitié déployée.

En effet, pour gagner en rapidité et en stabilité, c’est parfois l’ancienne interface qui charge à la place de la nouvelle ! Du point de vue de l’utilisateur, cela a de quoi surprendre.

Ce qui est d’autant plus dommage compte tenu de la capacité d’ING a placer l’expérience client au centre des attentes. L’expérience haut de gamme associée à ING provient en grande partie de ce point, et la nouvelle interface ne fait pas exception à la règle, loin s’en faut.

Bref, on a hâte qu’ING complète son retour aux sources pour repartir de l’avant comme au bon vieux temps…

Pour tout savoir sur ses offres et services, n’hésitez pas à vous rendre sur notre avis complet.

newsletter

Toujours pas abonné ? N'attendez plus !

Donnez un futur à vos finances, c'est facile avec la newsletter Nextbanq

1 email maximum par mois et uniquement si l'actualité l'exige