TOP

Trading

Classement

Complet

Mini-guide bitcoin et cryptos (1/2) : comprendre la révolution en cours

Dernière révision : 30 décembre 2020

Comprendre le trading social

C’est un fait ! Le cours du bitcoin tutoie régulièrement les sommets, à en donner le vertige.

Vous demandez-vous à chaque fois quelle mouche a bien pu piquer les investisseurs ?

Si oui, vous êtes au bon endroit pour vous former !

Dans ce mini-guide, nous allons vous expliquer très simplement pourquoi le bitcoin et les cryptomonnaies sont considérés comme la plus grande révolution numérique depuis l’arrivée d’internet.

Au premier abord, nous comprenons très bien pourquoi les cryptomonnaies peuvent faire peur.

Blockchain, minage, tokens, etc… Autant de jargon technique qui demande des explications.

Car le jeu en vaut largement la chandelle, compte tenu des applications révolutionnaires qui sont dans les tuyaux et dépassant même le cadre de la finance…

Bref, si vous souhaitez ne plus observer ces déferlantes crypto depuis le banc de touche, ce mini-guide est l’introduction parfaite pour comprendre en quelques minutes les enjeux du marché des cryptomonnaies.

Et qui sait, peut-être que la prochaine fois, vous serez en haut de la vague !

  • Lire aussi (à venir fin juin 2021) : Mini-guide Partie 2 / Le bitcoin et les cryptommonnaies en pratique

Le contexte : le bitcoin comme réponse à une économie qui marche sur la tête

En 2009, soit seulement un an après la crise financière de 2008, un inconnu répondant au pseudo de Satoshi Nakamoto invente le bitcoin, une monnaie virtuelle dont le fonctionnement repose sur une nouvelle technologie, la blockchain.

logo bitcoin

Mais pourquoi se donner tant de mal ?

Si on ne connaît pas précisément les motivations de ce développeur, nous savons néanmoins que le contexte est porteur.

En effet, la crise de 2008 a ébranlé la confiance envers les banques et pour soutenir l’économie, les banques centrales déversent chaque mois des milliards d’euros sur les marchés financiers à travers un mécanisme appelé le quantitave easing.

Or, sans rentrer dans un cours d’économie, le quantitative easing était considéré avant cette date comme une manière non conventionnelle d’encadrer l’économie. Jamais de mon vivant disaient certains experts en charge !

Mais la situation était suffisamment grave pour qu’on y arrive malgré tout, tout en en faisant fonctionner à plein régime la planche à billets.

Et cette situation n’a fait qu’empirer : ce qui était présenté à l’origine comme une solution temporaire est devenu pérenne, tandis que la seule tentative pour s’en écarter (en décembre 2018) s’est soldée par une baisse brutale des marchés.

L’arrivée du coronavirus en 2020 n’a fait qu’augmenter les montants de quantitative easing déversés par toutes les banques centrales de la planète, et mécaniquement à augmenter la défiance des investisseurs traditionnels envers les monnaies comme dollar ou l’euro.

Un symbole parmi d’autres : le cours de l’or n’a fait pratiquement qu’augmenter entre 2010 et 2020, comme les marchés actions.

Or, quand les actions montent, les investisseurs préfèrent normalement délaisser l’or (qui ne rapporte pas de dividendes). Pourtant, c’est l’inverse qui a eu lieu, ce qui prouve bien que l’or en tant que valeur refuge a été plébiscité.

Conclusion logique ?

Comme l’or, la montée du cours du bitcoin pendant la décennie 2010 peut s’expliquer en partie par la perte de confiance progressive dans le système monétaire international, clairement en surchauffe.

Nul ne sait si un jour nous retrouverons des fondamentaux économiques “normaux” (par exemple l’absence de taux négatifs !), mais une chose est sûre, il faudrait être fou pour ne pas prendre la situation très au sérieux.

Et face aux menaces qui pèsent sur le système financier, il va sans dire que certains voient dans les cryptomonnaies la solution idoine.

Vous pourrez vous forger votre avis à la fin de ce guide !

Le bitcoin, un succès technologique probant

Derrière le succès du bitcoin se cache une technologie révolutionnaire, la fameuse blockchain.

Grâce à cette dernière, plus besoin de banques centrales pour contrôler la masse monétaire en circulation ni de banques commerciales pour réaliser les transactions.

La blockchain s’occupe de tout !

Blockchain bitcoin

Premier avantage, le nombre de bitcoins en circulation est intégré directement dans la blockchain.

Nous savons ainsi qu’il atteindra environ 21 millions en 2140.

Aucune surprise à attendre par conséquent de ce côté, ce qui élimine des scénarios d’hyperinflation à l’allemande dans les années 30 ou plus proche de nous au Zimbabwe, avec des billets équivalents à des milliards de milliards…

Voilà pour la lutte contre l’inflation.

Ensuite, pour que les paiements en bitcoin fonctionnent, il y a toujours besoin d’un réseau sécurisé pour s’assurer de la validité des transactions.

Et c’est là que la magie de la blockchain du bitcoin intervient.

La validation des transactions est en effet confiée à toute personne souhaitant rejoindre le réseau en mettant à disposition de la puissance de calcul, c’est-à-dire des capacités informatiques.

Bien entendu, en échange des ressources mises à disposition, il y a un intérêt financier à rejoindre le réseau puisqu’à chaque fois qu’un bloc de transactions est validé, il y a une rémunération sous forme de bitcoin à la clef.

Cette activité s’appelle le minage et est donc effectuée par des mineurs des temps modernes.

Grâce à cette décentralisation du système et à la transparence inégalée des opérations, la blockchain n’a jusqu’à ce jour jamais été falsifiée. En d’autres termes, les transactions sont sécurisées !

Pour qu’une personne mal intentionnée arrive à pénétrer dans le système et à réaliser des opérations dans sa faveur, il faudrait qu’elle prenne le contrôle de millions d’ordinateurs sécurisés en même temps et cela dans un délai de quelques minutes.

Ce qui demanderait des ressources gigantesques pour un gain loin d’être assuré.

Pour ces raisons, la technologie blockchain est considérée comme inviolable et se retrouve aujourd’hui au centre de toutes les attentions, même en dehors de l’univers des monnaies.

La sécurisation des transactions de la cryptomonnaie bitcoin étant assurée grâce à la blockchain, une myriade de caractéristiques en découle :

  • Décentralisation : personne ne peut modifier à sa guise le nombre de bitcoins en circulation
  • Pair à pair : toutes les transactions se font directement entre les utilisateurs, sans intermédiaire comme les banques
  • Traçabilité : toutes les transactions sont enregistrées dans la blockchain et sont consultables librement
  • Anonymat : les transactions enregistrées dans la blockchain ne comportent aucune information personnelle
  • Coût minime : des frais de transaction existent à chaque paiement, mais ceux-ci sont minimes par rapport à ce que prélèvent les banques
  • Rapidité : les transactions se font généralement en seulement quelques minutes, sachant que le bitcoin est considéré comme une monnaie “lente” par rapport à d’autres cryptomonnaies

En conclusion, le bitcoin a prouvé qu’il était possible de créer une monnaie avec des fondamentaux solides en dehors de tout contrôle des états. Un véritable exploit technologique !

Peut-on considérer le bitcoin comme une monnaie à part entière ?

Le bitcoin est-il une monnaie ?

Pour donner une réponse rapide, non !

Pour les états, le contrôle de la monnaie est un attribut extrêmement important du pouvoir.

Ce n’est pas un hasard si la devise de référence dans le monde appartient également à l’armée la plus puissante…

Par conséquent, la montée des cryptomonnaies est vue comme une menace par de nombreux états.

Néanmoins, ce qui pouvait être perçu à ses débuts comme le rêve fou d’un ingénieur informatique idéaliste est en train de prendre forme.

Ainsi, même si le bitcoin n’a pas de cours légal (traduction : les commerçants n’ont aucune obligation d’afficher leurs prix en bitcoin et d’accepter les transactions dans cette monnaie), les gens ou entités qui accordent leur confiance au bitcoin ont le droit de l’utiliser.

Jusqu’à présent, le sens de l’histoire pousse pour une plus grande adoption du bitcoin :

  • Au Venezuela ou en Argentine, le bitcoin est considéré comme une alternative crédible à des devises nationales qui n’inspirent pas confiance
  • En 2020, le géant des paiements en ligne Paypal a annoncé ouvrir sa plateforme de plusieurs de millions de commerçants aux paiements en cryptomonnaies
  • Plusieurs sociétés proposent des cartes bancaires rattachées à des comptes en bitcoin pour les achats du quotidien
  • De plus en plus de pays, par exemple le Japon, permettent les transactions en bitcoin pour les commerçants qui le souhaitent
  • De plus en plus d’investisseurs institutionnels s’ouvrent aux cryptomonnaies, préférant surfer sur la vague plutôt que de la contrer

Bref, les cryptomonnaies sont en train de gagner leurs lettres de noblesse.

Néanmoins, il reste beaucoup de chemin à parcourir avant d’être largement acceptées.

Outre l’absence de reconnaissance légale qui peut varier selon les pays, la volatilité du cours des cryptomonnaies est certainement leur plus grand point faible.

En effet, les variations des cours sur les cryptomonnaies sont juste spectaculaires, à la hausse comme à la baisse.

Ainsi, si la valeur d’un café ne change pas d’un jour à l’autre, le nombre de bitcoins pour l’acquérir peut lui grandement varier.

On comprend tout de suite mieux les limites des cryptomonnaies pour remplacer l’euro ou le dollar…

Cette volatilité s’explique pour plusieurs raisons :

  • Le cours d’une devise représente surtout une mesure de la confiance dans le futur. Par exemple, l’économie du Venezuela n’inspire pas confiance et les détenteurs de bolivar vénézuélien ont raison de préférer d’autres devises plus fiables pour conserver leur pouvoir d’achat. Appliqué au bitcoin, la confiance dans son futur varie à mesure que son avenir s’éclaircit (par exemple annonce de l’intégration dans Paypal) ou s’obscurcit (par exemple des limites légales)
  • Jeunes et sans point de comparaison historisque, il est par nature normal de voir une volatilité importante sur les cryptomonnaies
  • La valorisation totale des cryptomonnaies ne représente qu’une goutte d’eau par rapport aux monnaies conventionnelles. Par conséquent, les mouvements d’achat et de vente ont un impact plus fort, sachant que cette caractéristique attire énormément les spéculateurs. Les plus gros d’entre eux peuvent même se permettre des manoeuvres de manipulation, notamment sur les cryptomonnaies les plus faiblement valorisées

Quand on parle de cryptomonnaie, il est donc important de comprendre que ce ne sont pas des monnaies à proprement parler, car elles n’en possèdent pas encore toutes les caractéristiques.

Pourquoi acheter du bitcoin aujourd’hui ?

Il existe de nombreuses motivations pour acheter du bitcoin.

Voici quelques exemples :

  • Vous êtes passionné de technologie et vous souhaitez faire partie de l’aventure
  • Vous aimez le trading et vous souhaitez profiter de la grande volatilité des cryptomonnaies
  • Vous n’avez pas confiance dans l’économie mondiale et vous voyez en les cryptomonnaies une valeur refuge, au même titre que l’or ou l’argent
  • Vous souhaitez diversifier votre portefeuille en intégrant une part de risque, en gardant en tête que le bitcoin est l’actif qui a le plus progressé dans les années 2010
  • Vous souhaitez garder l’anonymat pour des opérations de paiement
  • Vous souhaitez une alternative aux banques (et leurs commissions), notamment pour envoyer de l’argent à l’étranger

Quelles que soient vos motivations, il est conseillé de n’acheter du bitcoin qu’avec de l’argent que vous pouvez vous permettre de perdre sans remettre en cause votre niveau de vie.

En effet, la volatilité et les inconnues sur son futur peuvent potentiellement impacter très fortement son cours à la baisse. Il ne faut jamais l’oublier !

Enfin, notez que les motivations citées ci-dessus ne concernent que le bitcoin.

Or, il existe des milliers d’autres cryptomonnaies dont de nombreuses avec des caractéristiques uniques, soit autant de motivations supplémentaires pour s’en porter acquéreur…

Ce n’est donc pas du tout le moment de quitter ce guide !

Outre le bitcoin, des possibilités infinies avec les autres cryptomonnaies

Quand on évoque les cryptomonnaies, le bitcoin vient immédiatement à l’esprit, quitte à faire oublier les milliers d’autres existantes.

Introduction aux cryptomonnaies

A première vue, avoir autant de cryptomonnaies n’a que peu de sens.

En effet, si l’objectif du bitcoin est d’être une alternative au système financier mondial, quel pourrait être l’intérêt de créer des milliers de monnaies concurrentes, toutes plus ou moins vouées à l’échec ?

Cela semble défier toute logique !

Alors, pourquoi ?

En réalité, chaque cryptomonnaie est censée répondre à un besoin différent, et la créativité est de mise.

Par exemple, penchons-nous un instant sur l’ethereum, considérée comme la deuxième cryptomonnaie du marché.

Lancée en 2015, l’ethereum possède sa propre blockchain, améliorée par rapport à celle du bitcoin car avec la capacité de développer des applications dédiées, dénommées les smart contracts,

Quelques exemples d’application valent mieux qu’un long discours :

  • En cas de retard d’avion, la compagnie d’assurance va automatiquement dédommager tous les porteurs de billets
  • La possibilité de s’enregistrer automatiquement auprès de services divers et variés grâce à la gestion de l’identité du porteur d’ethereum, par exemple faire un achat en ligne sans avoir à s’identifier ou à renseigner l’adresse de livraison
  • La création de plateformes de crowdfunding fonctionnant avec un meilleur service et des frais inférieurs, etc…

Certes, nous n’en sommes qu’au tout début, mais le champ des possibilités apparaît énorme dans le monde de demain qui reste à inventer.

L’ethereum y prendra-t-il une part importante ?

Si la réponse est positive, le cours a toutes les chances de monter très fortement. Dans le cas inverse, la déception des investisseurs risque d’être au rendez-vous…

Toutefois, même dans le cas d’un écroulement de l’ethereum, il y a fort à parier que sa technologie, c’est-à-dire la blockchain ethereum, lui perdurera.

En effet, développer une blockchain demande beaucoup de temps et de moyens.

C’est pourquoi de nombreuses cryptomonnaies sont basées sur des blockchains existantes.

Charge ensuite à chaque cryptomonnaie de répondre à un nouveau besoin…

Et dans ce contexte, on assiste à un phénomène très intéressant de “tokenisation” des besoins.

Kesaco ?

En anglais, un token correspond à un jeton. Mais le terme de “jetonisation” n’est pas très explicite…

Tout le contraire d’un exemple pour une mise en perspective.

Partons à la découverte de la cryptomonnaie Pax Gold !

Propulsée sur la blockchain de l’ethereum, la PAX Gold est une cryptomonnaie dont la valeur est basée sur un stock d’or physique.

Concrètement, chaque jeton de Pax Gold correspond donc à une ounce d’or stocké à Londres, dans des coffres-forts de la société Brinck’s.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que pour un individu qui souhaite acheter de l’or, le Pax Gold cumule les avantages.

En effet, traditionnellement, investir dans l’or correspond à une recherche de valeur refuge.

Acheter de l’or peut se faire de deux façons : soit sous forme physique, soit sous forme papier (etf, contrats futures, etc…).

Or, chaque méthode possède des avantages et des inconvénients très marqués :

 Or physiqueOr papier
AvantagesOn détient réellement l’actif
  • Simplicité d’achat et de vente
  • Frais réduits
Inconvénients
  • Coût du stockage
  • Manque de liquidité
  • Frais plus importants
On ne détient pas l’or, seulement un titre, sachant que tout le stock d’or physique du monde ne correspond qu’à environ 1/10ème de l’or revendu sous forme papier.

Que se passera-t-il en cas de ruée vers l’or physique ? Nul ne le sait, ce qui vient remettre en question le statut de valeur refuge ultime

Bref, acheter de l’or sous forme physique ou papier est normalement l’aboutissement d’une longue réflexion de la part de l’investisseur.

A moins que l’or digital représenté par le Pax Gold ne vienne mettre tout le monde d’accord ?

Car c’est la promesse de cette cryptomonnaie : allier la sécurité de l’or physique avec la liquidité de l’or papier.

En quelques instants, il devient par exemple possible d’investir de très petites sommes dans l’or physique et de le faire circuler très facilement, en ayant confiance dans le fait que la valeur du Pax Gold est directement indexée sur le cours réel de l’or, parce qu’il s’agit vraiment d’or que l’on manipule.

Ainsi, à condition de posséder suffisamment de PAX Gold pour représenter un morceau physique d’or, il est possible de le retirer dans divers endroits de la planète, grâce à un partenariat avec des sociétés du secteur.

Un avantage que les détenteurs d’ETF doivent regarder avec des yeux envieux…

Nous avons affaire ici à un bel exemple de tokenisation à l’aide d’une cryptomonnaie.

Tokenisation : la folie des ICO

Un exemple d’application des cryptomonnaies est dans le cadre d’une levée de fonds.

Plutôt que de rechercher des investisseurs institutionnels, des sociétés peuvent émettre une nouvelle monnaie auprès d’investisseurs particuliers. Les jetons émis serviront plus tard à l’utilisation de leurs services.

Cela revient donc à prépayer un service en espérant bénéficier d’un prix très avantageux lors de la première mise en vente des jetons, l’Initial Coin Offering.

Le cours de ces jetons peut ensuite varier à la hausse ou à la baisse et être échangé contre d’autres monnaies.

Cette façon de “démocratiser” le capital-risque a connu un énorme succès à ses débuts, notamment grâce à des cours qui se sont envolés lors de leurs premières cotations.

Les ICO sont donc une explication au nombre très élevé de cryptomonnaies en circulation.

Finalement, les cryptomonnaies peuvent être classées en plusieurs catégories :

CatégoriesCaractéristiques
Bitcoin Une catégorie à part entière, sachant que c’est la référence incontestée du marché et une porte d’entrée vers toutes les autres cryptos
AltcoinCe sont des monnaies qui ont vu le jour après le bitcoin et dont l’ambition est de résoudre des problématiques différentes du bitcoin, ou sous un autre angle.
Les altoins fonctionnent avec une blockchain spécifique ou empruntée à d’autres cryptos.
Les altcoins les plus connues sont par exemple Ethereum (ETH), Ripple (XRP), Litecoin (LTC), Bitcoin Cash (BCH), EOS (EOS), Dash (DASH), Cardano (ADA), Tron (TRX), etc…
StablecoinCe sont des cryptomonnaies dont la valeur évolue en fonction d’un actif de référence : dollar, euro, or, immobilier, etc…
L’objectif recherché est une volatilité aussi réduite que possible, ce qui est très pratique dans la gestion d’un portefeuille de cryptomonnaies.
Les stablecoins les plus connus sont le Tether (USDT), True USD (TUSD), Paxos Standard (PAX), USD Coin (USDC) ou encore Binance USD (BUSD)
ShitcoinCe sont malheureusement de loin les plus nombreuses.
Elles possèdent un nom anglais très explicite, du fait de leur mauvaise réputation.
Ce sont des cryptomonnaies qui correspondent à des projets boiteux, des arnaques ou encore sans la moindre valeur ajoutée.
Il faut donc se tenir à l’écart de ces cryptomonnaies pour la plupart à la notoriété confidentielle.

Quel futur pour les cryptomonnaies ?

Quel futur pour les cryptomonnaies ?

Nul ne peut prédire l’avenir, mais il faut bien distinguer les cryptomonnaies de la technologie blockchain.

Comme nous avons vu, s’il est possible de payer un café en bitcoin au Japon, d’autres pays sont beaucoup plus répressifs concernant l’usage des cryptomonnaies dans la vie réelle.

Par conséquent, s’il paraît difficile d’imaginer que les cryptomonnaies disparaissent complètement par la faute des états (par exemple au nom de la lutte contre le financement du terrorisme), ce n’est pas un risque à complètement négliger.

Tôt ou tard, face à l’usage de plus en plus répandu des cryptomonnaies, un cadre légal devra être apporté.

Historiquement, c’est aussi une magnifique opportunité pour les états pour prélever des impôts supplémentaires…

A moins que ceux-ci décident de construire leurs propres cryptomonnaies ?

C’est le chemin qu’emprunte par exemple la Chine, avec les ambitions politiques débordantes qu’on lui connaît…

Mais dans ce cas de figure, les états n’auraient-ils pas intérêt à couper l’herbe sous le pied des cryptomonnaies existantes ?

Faites vos jeux !

Au final, le cadre légal des cryptomonnaies peut être considéré comme ll’épée de Damoclès planant sur les cryptomonnaies, mais en sachant qu’une reconnaissance légale serait aussi synonyme d’adoption massive.

Quelle que soit l’issue de cette confrontation (ou future cohabitation ?), tous s’accordent par contre à dire que la technologie blockchain est promise à un bel avenir.

En effet, en permettant d’externaliser des besoins sur un réseau sécurisé et transparent, le champ des possibilités paraît infini, à l’instar de la “tokenisation” de l’économie.

Tous les secteurs sont amenés à être impactés, avec la finance faisant naturellement figure de premier de cordée.

Ainsi, la financière traditionnelle (ou fiducière) fait maintenant opposition à la finance décentralisée, ou DeFi, pour Decentralized Finance.

Le point de départ de la finance décentralisée est la désintermédiation, c’est-à-dire la volonté de réaliser toutes les transactions (achat, vente, investissement, emprunt, etc…) en se passant des organismes régulateurs et des banques.

De cette manière, l’objectif est d’obtenir à la fois des conditions plus avantageuses pour nos besoins financiers, mais aussi plus facilement.

Par exemple, imaginez un instant emprunter 1 000€ sans avoir à monter de dossier de financement auprès d’un organisme de crédit, le tout avec l’assurance de bénéficier d’un taux plus bas… Une vraie révolution !

C’est en tout cas un des projets en train de voir le jour avec le stablecoin MakerDAO, reposant sur la blockchain de l’ethereum.

Bien entendu, il faut raison garder.

Si le poids de la Decentralized Finance augmente rapidement, la route à parcourir avant que la DeFi ne prenne une place dans notre quotidien est encore extrêmement longue, et les obstacles nombreux.

Néanmoins, les fondations sont présentes au même titre qu’Internet dans les années 1990…

Et on connaît la suite !

Pour aller plus loin

Si vous souhaitez en savoir plus sur les cryptomonnaies, nous vous conseillons l'excellent livre "Investir avec succès dans Bitcoin et les cryptomonnaies" par Thibault Coussin.

Recommandation de livre sur le bitcoin

Comprenant beaucoup d'illustrations, cet lecture est l'occasion d'obtenir un panorama à 360 degrés de ce riche univers.
De quoi partir sur de très bonnes bases.

Accéder au livre

newsletter

Toujours pas abonné ? N'attendez plus !

Donnez un futur à vos finances, c'est facile avec la newsletter Nextbanq

1 email maximum par mois et uniquement si l'actualité l'exige