TOP

Vie

Classement

Complet

Payez-vous votre assurance vie 4 642€ sans le savoir ?

Dernière révision : 17 juillet 2020

Frais de l'assurance vie

Avez-vous une idée du vrai “prix” de votre assurance vie ?

Pour de bonnes raisons, il y a fort à parier que non.

En effet, les marges réalisées par les professionnels du secteur sont très importantes et il serait dommage que les clients s’en rendent compte…

Pour situer le contexte, l’assurance vie est le produit d’épargne préféré des Français, avec plus de 2 000 milliards d’euros placés, contre “seulement” 300 milliards pour le Livret A.

L’assurance vie est donc de loin la première tirelire des Français !

Mais contrairement au Livret A qui est un placement gratuit et identique pour tous, l’assurance vie est un placement payant avec des centaines de contrats en compétition.

Malheureusement, pour un débutant, comparer le coût des contrats n’est pas un exercice aisé, car la plupart des distributeurs se cachent derrière des termes techniques pour noyer le poisson.

Pourtant, prendre un peu de hauteur n’est pas inintéressant, jugez par vous-même :

  • Si votre assurance vie génère des gains, votre distributeur peut prélever jusqu’à 60% de vos gains, soit 4 642,75€ dans notre simulation !
  • Et si votre assurance vie perd de l’argent, vous devez de toute manière payer ces frais

Bref, c’est gagnant - gagnant pour le vendeur, et tout le risque repose sur vos épaules !

Or, il se trouve que la plupart des Français sont dans cette position inconfortable, pour avoir fait confiance à leur conseiller bancaire.

Car la majorité des contrats lestés de frais sont imputables aux banques traditionnelles.

Mais peut-on vraiment blâmer un vendeur de voitures si celui-ci ne vous informe pas qu’un modèle concurrent est meilleur et beaucoup moins cher ?

C’est à peu près dans ces termes que se pose le débat !

Parce que cette situation est difficilement supportable à nos yeux, cet article est l’occasion de lever le voile sur tous les frais de l’assurance vie.

Pour rendre l’exercice plus concret, nous allons comparer à l’euro près combien coûte une assurance vie vendue en agence, réputée pour être chère, et une autre en ligne, réputée pour ses tarifs compétitifs :

  • A notre gauche, le contrat Arpèges d’ AXA Banque
  • A notre droite, Linxea Avenir du courtier en ligne Linxea

Le match est très déséquilibré, mais l’occasion est belle d’éplucher tous les frais en profondeur.

Et dieu sait qu’il y a dire !

Les règles du combat

  • Investissement initial de 10 000€
  • Répartition à 60% sur le fonds en euros, dans une optique de gestion prudente
  • Répartition à 40% sur les unités de compte, via une gestion pilotée dynamique, pour tenter de générer du rendement
  • Versements programmés de 150€ tous les mois
  • Horizon d’investissement de 10 ans de 2010 à 2019
  • Données réelles de 2010 à 2019 pour les fonds en euros
  • Performances du CAC 40 de 2010 à 2019 pour les UC

3, 2, 1… C’est parti, que le projet se concrétise dans les meilleures conditions !

 

Les frais de versement : des frais discutables

Les frais de versement sont une spécialité de l’assurance vie traditionnelle.

Le principe est le suivant : à chaque versement sur le contrat, et peu importe le support, des frais d’entrée sont prélevés.

Ceux-ci s’élèvent au maximum à 5,00%.

Par exemple, pour un versement de 1 000€, ces frais s’élèvent donc jusqu'à 50€, pour un placement effectif qui ne sera plus que de 950€.

Est-ce que vous vous imaginez payer pour placer vos sous sur un Livret A ? C’est pourtant ce qui se passe ici !

D’après une étude de GoodValueForMoney qui fait office de référence sur le sujet, les frais de versement sont en moyenne de 2,50%, ce qui implique que dans l’hypothèse d’un placement 100% en fonds en euros, il faut attendre en moyenne deux ans pour revenir au point de départ...

Payer des frais en guise de cadeau de bienvenue n’a pas beaucoup de sens, surtout dans la mesure où une ribambelle d'autres frais existent pendant la durée de vie du contrat.

Alors, pourquoi ?

La version officielle veut que les frais de versement servent à rémunérer un service de meilleure qualité. Bref, qu’on en aurait pour notre argent...

En réalité, les études démontrent que c’est plutôt l’inverse qui se passe, puisque ces frais pénalisent avant tout le rendement du contrat. Or, le rendement est l'unique critère de jugement des assurances vie !

La vérité est dans la majorité des cas, ces frais sont rétrocédés à l’apporteur du contrat.

Par exemple, si un conseiller vous fait signer une assurance vie avec des frais de 3,00%, il y a de grandes chances que la compagnie d’assurance vie reverse ces 3,00% au commercial, d’où sa volonté de pousser le client à investir avec le montant le plus élevé possible à l’ouverture.

Aujourd’hui, les frais de versement sont globalement présents dans la majorité des contrats signés “physiquement” (agences bancaires, assureurs, conseiller de gestion en patrimoine, etc…) tandis que les contrats en ligne (banques en ligne, courtiers spécialisés) en sont exempts.

Match Arpèges VS Linxea Avenir : 1 323€ contre 0€

Assurance vie traditionnelle ou en ligne ? Match des frais

Les frais d’entrée d’Arpèges sont parmi les plus élevés du marché, à 4,85% !

Sur notre versement initial de 10 000€, la somme équivaut à 485€, pour un placement “net” de 9 515€.

Mais ce n’est pas tout.

Ces frais d’entrée s’appliquent également chaque mois sur les versements programmés de 150€.

Sur la durée totale du placement, nous pouvons donc rajouter 873€ de frais de versement, puisque 150€ par mois pendant 10 ans correspondent à un investissement total de 18 000€.

Au final, les frais de versement d’Arpèges s'élèvent donc à 1 323€.

Tandis que de l’autre côté du ring, Linxea Avenir regarde la partie en spectateur puisque ce contrat ne comporte aucuns frais de versement.

Frais sur les versements

Le ton est donné !

Les frais annuels de gestion du fonds en euros

Le fonds en euros est la pierre angulaire des assurances vie.

En effet, sur les marchés financiers, les Français sont connus pour privilégier la sécurité et la disponibilité des sommes investies. Tout ce que permet le fonds en euros !

Concrètement, chaque assurance vie du marché dispose donc d’un fonds en euros, et parfois deux.

Puisque le fonds en euros recueille en général la plus grande part des versements de l’épargnant, le choix de ce fonds est un critère primordial dans la recherche du meilleur contrat d’assurance vie.

Or, parmi les dizaines de fonds en euros disponibles sur le marché (certains fonds en euros sont disponibles via plusieurs assurances vie), les performances ne sont pas toujours équivalentes…

Certains ont un historique de rendements très positif, tandis que d’autres sont toujours à la traîne.

Bref, il ne faut pas hésiter à les comparer, et pour cela, se renseigner sur les frais annuels de gestion du fonds en euros.

Car il existe une règle simple : plus les frais sont élevés et plus le rendement diminue !

Comme leur nom l’indique, les frais de gestion sont prélevés pour rémunérer le travail de l’équipe de gestion en charge du fonds (salaires, locaux, outils, marge, etc…).

Typiquement, ces frais sont compris entre 0,50% et 1,00% des sommes investies.

Pas très parlant ?

Prenons un exemple.

Pour 10 000€ placés sur un fonds en euros avec des frais de gestion de 0,75% (la moyenne du marché), le coût pour l’épargnant est de 75€.

Mais attention !

Il ne faut pas perdre de vue certains éléments.

D’abord, ces frais sont dus tous les ans, on parle donc de frais annuels de gestion. Sur la durée de l’assurance vie, ce sont donc ces frais (avec les frais annuels de gestion des unités de compte) qui coûtent le plus cher.

Autre élément qui a son importance : la transparence !

Reprenons notre exemple et imaginons que le placement rapporte 2,00% à la fin de l’année, soit 200€.

Les frais de gestion étant directement prélevés sur les gains, c’est-à-dire en fin d'année au moment du versement des intérêts, l’épargnant ne verra que 125€ (200€ - 75€) crédités. En fait, pour lui, le rendement du fonds sera donc de 1,25% net de frais.

La plupart du temps, les épargnants n'ont même pas conscience de payer, car ces frais annuels de gestion ne font que trop rarement l’objet d’une communication. Pour vivre heureux, restons cachés…

Notez que l’année suivante, le même scénario se reproduit, sachant que cette fois les frais de gestion ne seront plus calculés sur 10 000€, mais 10 125€.

Enfin, n’oubliez pas qu’en cas de retrait, la fiscalité de l’assurance vie s’applique.

Match Arpèges VS Linxea Avenir : 965,73€ contre 831,10€

Assurance vie traditionnelle ou en ligne ? Match des frais

Les frais annuels de gestion sur le fonds en euros d’Arpèges sont de 0,80%, tandis que ceux de Linxea Avenir s’élèvent à 0,60%.

Rappelez-vous, les règles du match imposent une répartition de notre placement de 60% sur le fonds en euros, soit 6 000€.

De plus, n’oublions pas que la même règle s’applique sur les versements mensuels de 150€, soit 90€ ajouté chaque mois.

Si nous ne pouvons pas prédire l’avenir, nous savons consulter des rendements passés…

Transportez-vous en 2010 et visualisez le futur se dérouler sous vos yeux !

Tout d’abord avec cette simulation portant sur le fonds en euros d’Arpèges.

PS : n’oubliez pas que les versements sont diminués à l'entrée des frais de versement de 4,85%.

 Montant en début d’annéeVersements mensuels (net)Rendement net du fonds €Gains NetsMontant en fin d’annéeFrais de gestion de 0,80%
20105 709,00€1 027,62€3,30%207,99€6 944,61€50,42€
20116 944,61€1 027,62€3,00%228,21€8 198,38€60,31€
20128 198,38€1 027,62€2,90%259,00€9 480,97€70,34€
20139 480,97€1 027,62€2,70%277,73€10 780,61€80,60€
201410 780,61€1 027,62€2,55%297,33€12 098,27€90,99€
201512 098,27€1 027,62€2,20%287,18€13 405,12€101,54€
201613 405,12€1 027,62€2,10%303,18€14 726,72€111,99€
201714 726,72€1 027,62€1,90%300,89€16 045,42€122,56€
201816 045,42€1 027,62€1,90%327,43€17 389,19€133,11€
201917 389,19€1 027,62€1,60%298,51€18 704,53€143,86€

Bilan des courses ?

Sur ces 10 années, les gains totaux de l’épargnant s’élèvent très exactement à 2 719,33€ tandis qu’AXA a prélevé un total de 965,73€ au titre des frais annuels de gestion.

Dit autrement, cela représente 26,20% des gains du fonds en euros.

Frais annuels de gestion en euros

Entre nous, ce dernier chiffre est beaucoup plus parlant que des frais annuels de gestion à 0,80%…

Au passage, notons que la proportion des frais versés à l’assureur ne cesse d’augmenter. En effet, le rendement des fonds en euros ne cesse de diminuer pendant que les frais restent stables. Le danger est donc d'obtenir bientôt des frais de gestion plus élevés que le rendement...

Et du côté de Linxea Avenir ?

Découvrons les chiffres sans attendre, sachant que parmi les deux fonds en euros disponibles, nous avons opté pour le plus “classique” des deux, à savoir Suravenir Rendement.

 Montant en début d’annéeVersements mensuelsRendement net du fonds €Gains NetsMontant en fin d’annéeFrais de gestion de 0,60%
20106 000€1 080€4,10%269,99€7 349,99€44,53€
20117 349,99€1 080€3,75%297,56€8 727,55€52,80€
20128 727,55€1 080€3,60%335,25€10 142,80€61,29€
201310 142,80€1 080€3,45%370,11€11 592,91€69,99€
201411 592,91€1 080€3,22%392,13€13 065,04€78,82€
201513 065,04€1 080€2,90%395,85€14 540,89€87,68€
201614 540,89€1 080€2,30%347,90€15 968,78€96,24€
201715 968,78€1 080€2,00%331,08€17 379,86€104,71€
201817 379,86€1 080€2,00%359,30€18 819,16€113,35€
201918 819,16€1 080€1,60%310,47€20 209,62€121,69€

Qu’en penser ?

Le fonds en euros de Linxea Avenir a généré un total de 3 409,62€ de gains pour l’épargnant, tandis que l’assureur a empoché un total de 831,10€ au titre des frais annuels de gestion.

Frais annuels de gestion en euros Linxea

En pourcentage, l’assureur a donc prélevé 19,59% de la performance globale, contre 26,20% pour AXA.

Si on se fie uniquement aux sommes reçues en fin de placement, l’épargnant qui a misé sur le fonds euros de Linxea Avenir a reçu un chèque de 20 209,62€ contre 18 704,53€ pour l’épargnant d’Arpèges, soit une différence de 1 505,09€.

En d’autres termes, le fonds en euros de Linxea Avenir est donc 18,24% plus performant que celui d’Arpèges. Une donnée intéressante qui s'explique par le fait qu'il était non seulement moins cher, mais aussi plus performant.

Deux effets positifs pour le prix d’un !

Les frais annuels de gestion sur les unités de compte : les frais “normaux” (15)

Pour rappel, alors que l‘épargne placée sur un fonds en euros ne peut jamais perdre de sa valeur (en dehors des frais de versement !), les sommes placées sur des unités de compte peuvent beaucoup varier, à la hausse comme à la baisse.

Parmi les milliers d’unités de compte disponibles sur le marché, chaque contrat d’assurance vie propose sa propre sélection.

Cela peut aller de quelques unités pour les contrats les plus étroits jusqu’à plus de 1 000 pour Darjeeling, l’assurance vie en ligne de SwissLife.

Les unités de compte sont en fait des fonds de placement, chacun ayant sa propre politique d’investissement : les actions françaises, les actions mondiales, les matières premières, les obligations, les petites capitalisations, etc… Il y en a pour tous les goûts et toutes les stratégies !

Pour revenir à la question des frais de gestion, le fonctionnement est quasi identique à celui des frais de gestion des fonds en euros.

La seule différence concerne le prélèvement de ceux-ci.

Avec les fonds en euros, comme la valeur ne fluctue pas pendant l’année, ceux-ci sont prélevés à l’occasion du versement des gains.

Cependant, les unités de compte pouvant être très corrélées aux marchés financiers, la valeur du placement en unités de compte peut évoluer en yo-yo !

C’est pourquoi les compagnies d’assurance vie prélèvent ces frais à des intervalles plus réguliers, souvent une fois par mois.

Toutefois, pour un minimum de clarté, ils sont présentés au format annuel.

Concrètement, les frais annuels de gestion des unités de compte s’élèvent donc entre 0,50% et 1,40% des sommes placées.

Mais contrairement aux fonds en euros, ces frais sont à payer quoiqu’il arrive, même en cas d’investissement qui pique du nez…

Si cela vous semble encore un peu nébuleux, c’est normal.

Avec l’exemple ci-dessous, vous comprendrez bien mieux l’incidence de ces frais.

Match Arpèges VS Linxea Avenir : 820,39€ contre 547,18€

Assurance vie traditionnelle ou en ligne ? Match des frais

Dans notre match entre Arpèges et Linxea Avenir, la part du placement consacrée aux unités de compte est de 40%, soit 4 000€.

Pour quel rendement ?

Pour un combat le plus fair-play possible, nous partons du principe d’une performance entièrement calquée sur l’évolution du CAC 40.

Aussi, pour nous simplifier un peu la vie (et sans rien sacrifier à notre objectif), le prélèvement des frais de gestion n’interviendra qu’une fois en fin d’année, en même temps que le versement des gains ou de l’enregistrement des pertes.

Du côté d’Arpèges, les frais annuels de gestion montent à 0,96%, tandis que Linxea Avenir conserve des frais à 0,60%.

D’or et déjà, on se rend compte que si en “nominal”, la différence ne paraît pas énorme aux yeux d’un débutant (0,96% ou 0,60%, cela reste des petits chiffres !), on peut s’attendre à un écart de rémunération significatif en fin de match…

Tout d’abord, voici les performances d’Arpèges, en gardant à l’esprit que les frais sur les versements de 4,85% sont toujours de la partie.

 Montant en début d’annéeVersements mensuels (net)Performance CAC 40Profits / PertesFrais de gestion de 0,96%Montant en fin d’année
20103 806,00€685,08€- 3,34%-140,76€41,76€4 308,56€
20114 308,56€685,08€- 16,95%-786,91€40,38€4 166,34€
20124 166,34€685,08€15,23%685,40€53,15€5 483,67€
20135 483,67€685,08€17,99%1 046,59€69,27€7 146,08€
20147 146,08€685,08€- 0,54%-40,39€74,79€7 715,97€
20157 715,97€685,08€8,53%686,66€87,24€9 000,47€
20169 000,47€685,08€4,86%453,65€97,34€10 041,87€
201710 041,87€685,08€9,26%960,80€112,20€11 575,55€
201811 575,55€685,08€- 10,95%-1 304,09€105,18€10 851,35€
201910 851,35€685,08€26,37%2 949,57€139,07€14 346,94€

Au total, l’épargnant a donc payé exactement 820,39€ au titre des frais annuels de gestion, pour un gain net de 3 146,94€ (14 346,94€ - 11 200€ de versements pendant la durée du placement).

Présenté autrement, sur les 4 510,53€ générés par le contrat, l’épargnant a encaissé 81,81% de cette somme et AXA 18,19% au titre de ces frais de gestion.

Frais annuels de gestion en unités de compte

Du côté de Linxea Avenir, la même situation produit le tableau suivant :

 Montant en début d’annéeVersements mensuelsPerformance CAC 40Profits / PertesFrais de gestion de 0,60%Montant en fin d’année
20104 000,00€720€- 3,34%-149,26 €27,42€4 543,32€
20114 543,32€720€- 16,95%-836,20 €26,56€4 400,56€
20124 400,56€720€15,23%729,60 €35,10€5 815,06€
20135 815,06€720€17,99%1 116,29 €45,91€7 605,44€
20147 605,44€720€- 0,54%-43,18€49,69€8 232,57€
20158 232,57€720€8,53%735,51€58,13€9 629,95 €
20169 629,95€720€4,86%486,97€65,02€10 771,89€
201710 771,89€720€9,26%1 033,59€75,15€12 450,33€
201812 450,33€720€- 10,95%-1 406,02€70,59€11 693,73€
201911 693,73€720€26,37%3 186,48€93,60€15 506,61€

Ce qui correspond à un total de frais de gestion de 547,18€ sur une performance totale de 4 853,79€ , soit 11,27% pour Linxea et 88,73% pour l’épargnant.

Frais annuels de gestion en uc

Mais le chiffre le plus parlant pour comparer Arpèges et Linxea Avenir est certainement ce que l’épargnant encaisse sur son compte bancaire à la fin du placement :

  • 14 346,94€ avec Arpèges, pour 11 200€ de versements, 4 510,53€ de gains et 820,39€ de frais de gestion
  • 15 506,61€ avec Linxea Avenir, pour 11 200€ de versements , 4 853,79€ de gains et 547,18€ de frais de gestion

Une différence de 1 159,67€ qui s’explique aussi en grande partie par la présence des coûteux frais de versement d’Arpèges.

Et si nous les retirions ces frais de versement l’espace d’un instant afin de se focaliser sur les frais annuels de gestion ?

Nous obtiendrions pour Arpèges un chèque de 15 097,92€ pour 11 200€ de versements, 4 760,63€ de gains et 862,71€ de frais.

Cette fois, l’écart en faveur de Linxea Avenir ne serait plus que de 408,69€, l’explication se trouvant dans la différence de frais annuels de gestion.

Avant de passer la main aux frais liés à la gestion pilotée, un dernier point mérite un éclaircissement.

En effet, ce scénario retenu contient une année exceptionnelle puisque le CAC 40 enregistre un gain de 26,37% en 2019 !

Ce qui a pour effet d’amortir considérablement le poids des frais de gestion.

Mais retirons cette année pour la beauté de l’exercice…

En fin d’année 2018, les épargnants recevraient les chèques suivants :

  • 10 851,35€ avec Arpèges, pour 9 971,72€ de versements nets de frais, 1 560,96€ de gains et 681,32€ de frais de gestion
  • Frais de gestion en uc
  • 11 693,73€ avec Linxea Avenir, pour 10 480€ de versements, 1 667,31€ de performance et 453,58€ de frais de gestion
Frais de gestion en uc

Dans ce cas figure, le poids des frais de gestion entre dans une autre dimension puisqu’ils correspondent à :

  • 43,65% de la performance globale pour Arpèges
  • 27,20% de la performance globale pour Linxea Avenir

Conclusion ?

Quand les marchés montent très haut, les frais annuels de gestion peuvent paraître indolores.

Par contre, quand les performances boursières sont moyennes, le poids de ces frais devient très impactant.

Enfin, si les marchés évoluent en territoire négatif, cela fait très mal puisque c’est l’épargnant qui supporte l’intégralité du risque…

Les frais annuels de gestion sur les unités de compte : la gestion pilotée (25)

L’assurance vie étant un placement de long terme, consacrer une part de son investissement en unités de compte est souvent une bonne idée pour obtenir de meilleures performances.

Pourquoi ?

Car historiquement, les placements en actions obtiennent souvent de meilleures rémunérations par rapport à d’autres classes d’actifs (obligations, immobilier, etc…) sur la durée, même si ce n’est pas systématique.

Toutefois, pour un particulier sans expérience, s’aventurer tout seul sur les marchés est à proscrire.

C’est pourquoi, par opposition à la gestion libre, la plupart des assurances vie proposent des services de gestion pilotée.

Le principe ?

L’épargnant débutant ou qui n’a tout simplement pas le temps choisit une stratégie (défensive, équilibrée, dynamique, offensive, etc…) auprès d’une société de gestion qui se charge ensuite faire travailler les fonds de l’épargnant sur les marchés, en choisissant les unités de compte les plus appropriées.

Bien entendu, tout travail mérite salaire, et les services de gestion pilotée facturent généralement ce service sous la forme de frais annuels de gestion.

Rien de tel qu’un exemple pour gagner en clarté !

Match Arpèges VS Linxea Avenir : 500,38€ contre 180,91€

Assurance vie traditionnelle ou en ligne ? Match des frais

Avec le contrat Arpèges, les frais annuels de gestion pilotée sont de 0,60%.

Ceux-ci s’ajoutent donc aux frais annuels d’unités de compte “normaux” de 0,96%, pour arriver à un total de 1,56%.

Et c’est beaucoup !

Car dans le même temps, le contrat Linxea Avenir ne prélève que 0,20%, montant considéré comme la moyenne du marché. Ce qui porte le total de ces frais à “seulement” 0,80%.

Pour mieux se rendre compte de l’impact spécifique de frais annuels de gestion pilotée, reprenons notre exemple en assumant que le service de gestion pilotée apporte exactement la même performance que l’évolution du CAC 40.

Avec le contrat Arpèges, nous arrivons au tableau suivant (en gardant à l’esprit que les frais annuels de gestion “normaux” de 0,96% sont toujours intégrés) :

 Montant en début d’annéeVersements mensuels (net)Performance CAC 40Profits / PertesFrais de gestion pilotée de 0,60%Montant en fin d’année
20103 806,00€685,08€- 3,34%-140,76€26,10€4 282,46 €
20114 282,46€685,08€- 16,95%-782,49€25,11€4 119,76€
20124 119,76€685,08€15,23%678,30€32,90€5 397,61€
20135 397,61€685,08€17,99%1 031,11€42,68€7 002,83€
20147 002,83€685,08€- 0,54%-39,62€45,89€7 528,98€
20157 528,98€685,08€8,53%670,71€53,31€8 746,16€
20168 746,16€685,08€4,86%441,29€59,24€9 718,53€
20179 718,53€685,08€9,26%930,86€68,01€11 157,65€
201811 157,65€685,08€- 10,95%-1 258,33€63,51€10 419,28€
201910 419,28€685,08€26,37%2 835,63€83,64€13 722,53€

Le total des frais liés à la gestion pilotée est donc de 500,38€, en plus des frais “normaux” d’un montant de 800,61€.

La valeur finale du contrat de 13 722,53€ se décompose de la manière suivante :

  • En positif, 10 656,80€ de versements nets de frais + 4 366,72€ de gains
  • En négatif, 800,61€ de frais de gestion “normaux” + 500,38€ de frais de gestion pilotée
Frais de gestion pilotée

Vous vous dites peut-être que la valeur ajoutée du service de gestion pilotée n’est pas comprise dans le tableau, car nous partons du principe que ses résultats sont équivalents à ceux du CAC 40.

Or, comme nous verrons plus bas, de nombreux fonds sont en réalité incapables de reproduire leur indice de référence, par exemple le CAC 40 pour un fonds actions qui souhaite superformer le CAC 40.

Par conséquent, cette hypothèse est la plus crédible…

En ce qui concerne Linxea Avenir, nous ne reproduisons pas le tableau, mais nous arrivons aux résultats suivants :

  • En positif, 11 200€ de versements + 4 801,81€ de gains
  • En négatif, 542,73€ de frais de gestion “normaux” + 180,91€ de frais de gestion pilotée
Frais de gestion pilotée

Ce qui implique un chèque final pour l’épargnant de 15 278,17€, contre 12 860,53€ avec Arpèges.

A ce stade du match, l’épargnant Linxea Avenir a donc une avance de 2 417,64€ sur l’épargnant d’Arpèges.

Et il reste encore quelques rounds avant le coup de sifflet final, à commencer par le plus important, celui portant sur les frais cachés…

Les frais annuels de gestion sur les unités de compte : les frais cachés (3/5)

Nous rentrons dans un des secrets les mieux gardés de l’assurance vie, malgré quelques timides avancées.

Vous vous souvenez des frais annuels de gestion “normaux” sur les unités de compte ?

En réalité, ces frais ne rémunèrent pas directement les sociétés de gestion en charge des unités de compte (salaires, ordinateurs, etc…), mais plutôt l’intermédiaire qui “détient” le client.

Par exemple, si vous détenez une assurance vie Boursorama Vie, les frais annuels de gestion sur les unités de compte sont de 0,75%.

Ce qui veut dire que chaque année, ces 0,75% vont dans la poche de l’intermédiaire, ici Boursorama Banque. Ce dispositif se reproduit pour toutes les assurances vie, Linxea pour Linxea Avenir, AXA pour Arpèges, Fortuneo Banque pour Fortuneo Vie, etc…

Et quid de la rémunération des sociétés de gestion qui gèrent au quotidien l’argent des unités de compte sur les marchés ?

Naturellement, elles prélèvent leurs frais, même si trop souvent, l’épargnant n’en a pas la moindre idée.

Frais de versement, frais de gestion, pourcentage sur les performances, etc… Les frais expliqués jusqu’à présent sont en quelque sorte “dupliqués” à l’échelle de chaque unité de compte.

Le souci est que ces frais intrinsèques aux unités de compte sont non seulement les plus élevés, mais aussi les plus opaques.

Pourquoi ?

Car comme pour la rémunération des fonds en euros, ces frais sont prélevés à la source.

C’est-à-dire que dans son espace client, l’épargnant n’a accès qu’à la performance nette finale, mais pas au détail des frais prélevés. Et d’un fonds à l’autre, le montant des frais prélevés peut varier considérablement.

Par exemple, si la valeur d’une unité de compte augmente de 5,00% et que les frais du fonds sont de 2,00%, l’épargnant ne verra une performance positive que de 3,00%.

D’après une étude de GoodValueForMoney, qui fait référence en la matière, ces frais de gestion annuels supplémentaires s’élèvent en moyenne à 2,03%, sachant qu’ils peuvent parfois atteindre plus de 5,00% !

Au total, les frais annuels de gestion liés aux unités de compte sont donc multiples :

  • Ceux liés à l’enveloppe du contrat
  • Ceux intrinsèques à chaque unité de compte
  • Ceux liés à la gestion pilotée, le cas échéant

En se basant sur le contrat Arpèges, nous arrivons donc à la somme de 0,96% + 0,60% + 2,03%, soit 3,59%.

C’est-à-dire que pour gagner de l’argent, un épargnant doit donc miser sur un support avec une rentabilité annuelle supérieure à 3,59%. Une performance pas toujours facile à réaliser, même pour des professionnels de la finance…

Comme souvent, en prenant le taureau par les cornes, il est possible d’obtenir de meilleures conditions.

Pour cela, la première solution consiste à consulter les fiches récapitulatives de chaque fonds, à savoir les Dici pour Document d’Informations Cles pour l’Investisseur.

Légalement, chaque fonds a l’obligation de mettre à disposition ce document qui récapitule les performances passées, la stratégie, le profil des risques, etc… et bien entendu les frais.

Certes, le vocabulaire utilisé n’est pas très accessible, mais si vous comptez consacrer du temps dans la réussite de votre contrat, cette étape est importante afin de comparer les frais de chaque fonds.

Ce document est normalement disponible dans l’espace client de l’assurance vie, et à défaut, le site MorningStar est la référence dans la comparaison de fonds.

La deuxième solution consiste délaisser les fonds traditionnels humains pour préférer des trackers. Moins chers et plus performants, c’est une solution qui a le vent en poupe pour d’excellentes raisons que nous nous vous dévoilerons tout dans la prochaine partie…

Match Arpèges VS Linxea Avenir : 1 598,21€ contre 1 705,13€

Assurance vie traditionnelle ou en ligne ? Match des frais

Malheureusement, c’est un fait commun à toutes les assurances vie : il est impossible d’échapper aux frais intrinsèques des unités de compte.

Dans le meilleur des cas, certains fonds possèdent des accords avec des assurances vie (si vous nous listez dans votre assurance vie, nous baissons nos frais).

Dans le pire des cas, les frais sont gonflés afin que les fonds puissent rétrocéder des commissions…

Néanmoins, continuons le match entre Arpèges et Linxea Avenir en partant du principe que les fonds disponibles sur ces deux contrats fonctionnent avec des frais annuels de gestion de 2,03%, en plus des frais annuels de gestion “normaux”.

Egalement, nous choisissons la gestion libre par rapport à la gestion pilotée (quelques frais de gagnés !).

Voici le résultat pour Arpèges :

 Montant en début d’annéeVersements mensuels (net)Performance CAC 40Profits / PertesFrais “cachés” de 2,03%Montant en fin d’année
20103 806,00€685,08€- 3,34%-140,76€88,31€4 220,25€
20114 220,25€685,08€- 16,95%-771,94€83,91€4 009,80€
20124 009,80€685,08€15,23%661,56€108,74€5 196,28€
20135 196,28€685,08€17,99%994,89€139,59€6 670,65€
20146 670,65€685,08€- 0,54%-37,82€148,55€7 099,10€
20157 099,10€685,08€8,53%634,04€170,89€8 166,52€
20168 166,52€685,08€4,86%413,12€188,07€8 987,70€
20178 987,70€685,08€9,26%863,19€213,88€10 220,95€
201810 220,95€685,08€- 10,95%-1 155,76€197,93€9 458,73€
20199 458,73€685,08€26,37%2 582,34€258,34€12 345,63€

Cette fois, on arrête de rigoler !

Ces frais “cachés” représentent un total de 1 598,21€.

En d’autres termes, le chèque reçu en fin de placement ne vaut plus que 12 345,63€ contre 13 722,53€ sans ces frais.

Cette somme de 12 345,63€ se décompose comme suit :

  • En positif, 10 656,80€ de versements nets de frais + des gains totaux de 4 042,85€
  • En négatif, 755,80€ de frais de gestion normaux + 1 598,21€ de frais intrinsèques
Frais cachés UC

Alors que du côté de Linxea Avenir, le chèque vaut 13 343,12€, ventilé de la manière suivante :

  • En positif, 11 200€ de versements + 4 352,23€ de gains
  • En négatif, 503,98€ de frais de gestion “normaux” + 1 705,13€ de frais intrinsèques
Frais intrinsèques des unités de compte

Avec Arpèges, les seuls frais de gestion cachés accaparent 39,51% des gains totaux, tandis qu’avec Linxea Avenir, la commission est de 39,17%.

Dorénavant, nous comprenons mieux pourquoi les assurances vie sont très timides pour évoquer la présence de ces frais…

Mais que les épargnants ne se laissent pas induire en erreur : aussi cachés qu’ils soient, ils sont dus en toute circonstance, même en cas de baisse des marchés.

En quelques sortes, il s’agit bien d’une relation inverse entre la place dans les plaquettes publicitaires et le poids dans la performance de votre investissement.

Malheureusement, cette situation n’est en rien spécifique à ces deux contrats, puisque 100% des assurances vie du marché fonctionnent sur ce principe.

Un peu d’espoir cependant.

En effet, Linxea Avenir a une corde en plus à son arc qu’ Arpèges et qui va peser extrêmement lourd dans le résultat final : la possibilité de remplacer les unités de compte classiques par des trackers.

Et c‘est un vrai coup de théâtre dans le monde feutré de l’assurance vie !

Les frais annuels de gestion sur les unités de compte : les trackers (4/5)

Les unités de compte peuvent être divisées en deux catégories.

D’un côté, les “classiques”, c’est-à-dire des fonds composés de gérants, d’analystes en tout genre et avec pour mission de faire mieux que le marché.

Par exemple, un fonds actions France peut avoir pour mission de faire mieux que le CAC 40.

Il existe des milliers de fonds pour autant de stratégies différentes afin de s’insérer dans tous les portefeuilles : matières premières, obligataires, secteurs d’activité, grands indices boursiers, etc…

Et comme nous venons de voir, ces fonds sont gourmands en frais, au point d’impacter très sérieusement la performance.

A l’opposé, il existe des unités de compte avec des dépenses de fonctionnement extrêmement réduites, et dont l’objectif n’est pas de faire mieux que le marché, mais tout simplement de le reproduire.

Ce sont les trackers, dénommés aussi ETF.

Par exemple, investir dans un tracker CAC 40, c’est avoir la certitude de suivre la performance du CAC 40, à quelques centièmes de pourcentages près.

Pour l’épargnant, choisir ses unités de compte revient au final à faire le choix suivant :

  • Opter pour un fonds classique “humain”, lourdement chargé en frais, et qui pour cette raison n’arrive à battre son indice de référence que dans 10% des cas
  • Opter pour un fonds “robotisé”, le tracker, très peu chargé en frais et qui reproduit fidèlement son indice de référence dans 100% des cas

En réalité, à la manière de Warren Buffett, le débat est tranché depuis longtemps !

Puisqu’il est rigoureusement impossible de connaître à l’avance les fonds qui feront mieux que le marché (ce ne sont jamais les mêmes d’une année sur l’autre), un tracker est statistiquement le moyen le plus sûr d’obtenir les meilleurs résultats sur la durée.

En creux, cela veut bien dire que l’humain coûte cher pour pas grand-chose… à une exception près.

Elle concerne les fonds spécialisés dans les petites valeurs, comme les PME. En effet, ces marchés étant moins liquides (le nombre de transactions est beaucoup plus faible que par exemple pour une valeur cotée au CAC 40), les trackers ont ici des difficultés à reproduire fidèlement le marché, et le facteur humain a plus d’espace pour s’exprimer.

Mais ne faites pas l’erreur : ce n’est pas pour rien que les investisseurs professionnels ne jurent que par les trackers pour leur compte personnel !

Toutefois, parce qu’ils comportent beaucoup moins de frais, les assurances vie n’ont pas un intérêt financier évident à les incorporer dans leur offre d’unités de compte.

En effet, avec les trackers, impossible de procéder à des rétrocommissions, comme avec des fonds classiques chargés à 5,00% de frais annuels… Bref, les trackers sont rentables pour les épargnants, mais pas pour les intermédiaires !

A la croisée des chemins, nous constatons donc deux types d’assurance vie :

  • Celles qui travaillent dans l’intérêt de l’épargnant et qui vont malgré tout incorporer des trackers à des degrés divers (ce qui est notamment le cas des banques en ligne et des courtiers spécialisés)
  • Celles qui travaillent dans leur propre intérêt et qui mettent les trackers de côté (ce qui est notamment le cas des banques traditionnelles)

Finalement, à combien s’élèvent les frais annuels de gestion liés aux trackers ?

D’après GoodValueForMoney, alors que les fonds classiques prélèvent 2,03% en moyenne, les trackers se contentent de 0,40% en moyenne.

Une sacrée différence qui n’est pas sans faire quelques dégâts...

C’est pourquoi, jamais à court d’idées, certaines assurances vie possèdent des frais spécifiques additionnels à l’attention des trackers.

Au final, le coût des trackers est donc le suivant :

  • Les frais annuels de gestion “normaux” liés aux unités de compte
  • 0,40% en moyenne de frais annuels de gestion intrinsèques aux trackers
  • Enfin, selon les assurances vie, un surcoût sur les frais “normaux” liés aux unités de compte peut être appliqué, uniquement sur les trackers. Par exemple, 0,20% afin de compenser le “manque à gagner”…

Bref, si les trackers restent généralement beaucoup moins chers que les fonds classiques (sans oublier les performances plus élevées dans 90% des cas), il ne faut pas hésiter à prendre connaissance du détail des frais pour en avoir le coeur net.

 

Match Arpèges VS Linxea Avenir : 1 631,01€ d'économies pour Linxea !

Assurance vie traditionnelle ou en ligne ? Match des frais

Malheureusement, et comme on pouvait légitimement s’y attendre, Arpèges ne possède pas de trackers dans son offre d’unités de compte.

A l’opposé, Linxea Avenir fait preuve d’un beau dynamisme en incorporant plus de 80 !

Par conséquent, nous allons calculer l’économie réalisée avec un tracker CAC 40.

En l’occurrence, deux trackers sont en compétition, proposés par les sociétés de gestion Amundi et Lyxor, avec respectivement 0,15% et 0,25% de frais annuels de gestion.

Pour notre simulation, nous partirons donc sur des frais de gestion annuels de 0,20%.

Une susceptibilité toutefois : les transactions sur les trackers supportent des frais de courtage de 0,10% sur les montants investis et désinvestis.

 Montant en début d’annéeVersements mensuels (net)Performance CAC 40Profits / PertesFrais de gestion trackers à 0,20%Montant en fin d’année
20103 960,00€712,80€- 3,34%-147,77€9,05€4 488,83€
20114 488,83€712,80€- 16,95%-826,30€8,75€4 340,33€
20124 340,33€712,80€15,23%719,84€11,55€5 726,78€
20135 726,78€712,80€17,99%1 099,71€15,08€7 478,97€
20147 478,97€712,80€- 0,54%-42,47€16,30€8 084,11€
20158 084,11€712,80€8,53%722,51€19,04€9 443,26€
20169 443,26€712,80€4,86%477,71€21,27€10 548,70€
201710 548,70€712,80€9,26%1 012,56€24,55€12 175,87€
201812 175,87€712,80€- 10,95%-1 375,54€23,03€11 421,03€
201911 421,03€712,80€26,37%3 113,54€30,49€15 125,39€

Enfin, n’oublions pas les frais de sortie de 0,10% pour obtenir un montant total de 14 974,13€ à la fin du placement.

Verdict ?

Ce tracker CAC 40 ne coûte “que” 179,10€ pour suivre fidèlement les résultats du CAC 40 contre 1 705,13€ pour une unité de compte classique, sans garantie de résultat…

Dans ces conditions, le chèque final est de 14 974,13€, à comparer avec celui de 13 343,12€ en optant pour l’unité de compte classique.

Frais de gestion trackers

Une différence de performance de 1 631,01€ dont il aurait été dommage de se passer.

Et que l’épargnant d’Arpèges doit certainement observer avec des yeux envieux…

Les frais annuels de gestion sur les unités de compte : autres (5/5)

Nous avons couvert les frais de gestion liés aux unités de compte sous leurs deux aspects les plus prisés des épargnants :

  • les fonds classiques
  • les trackers

Mais selon les contrats, la diversité des unités de compte ne s’arrête pas là !

En effet, de plus en plus d’assurances vie sortent des sentiers battus pour séduire de nouveaux investisseurs, par exemple en proposant des fonds dédiés à l’immobilier (SCPI, etc…), des certificats, des titres vifs, etc…

Or, pour chaque unité de compte sortant de l’ordinaire, les chances sont élevées d’observer des frais intrinsèques spécifiques.

Par conséquent, il est important de garder un oeil ouvert…

Voici le tour d’horizon de ces frais les plus courants.

Les fonds immobiliers (SCPI, OPCI, SCI)

L’immobilier est une part importante du patrimoine des Français.

Toutefois, parce qu’investir dans un bien physique nécessite une gestion active (impayés, entretien, recherche du bien idéal, financement, etc…), de nombreux épargnants préfèrent déléguer cette gestion à des fonds, afin de s’exposer à l’immobilier (notamment commercial) de manière beaucoup plus souple.

Concrètement, il s’agit simplement d’acheter et de revendre des parts de ces fonds.

Plusieurs formes juridiques existent, chacune avec ses avantages et ses inconvénients : SCPI, SCI et OPCI.

De plus en plus d’assurances vie intègrent des fonds immobiliers à leur offre d’unités de compte, mais en plus des frais de gestion “normaux”, l’épargnant doit garder à l’esprit que les frais intrinsèques sont souvent beaucoup plus élevés que pour des unités de compte classiques.

Si nous prenons l’exemple des SCPI, les frais intrinsèques suivants sont notamment à surveiller de près :

  • Frais de souscription : entre 6% et 12%

Ces frais de souscription sont souvent comparés à des frais de notaire, car élevés et obligatoires lors de l’achat de tout bien immobilier. Par conséquent, l’horizon d’investissement doit être au minimum de plusieurs années.

Une susceptibilité toutefois : contrairement aux frais sur les versements, ces frais de souscription sont prélevés à la sortie. Ainsi, chaque année, les rendements sont calculés sur le montant total du placement, et donc non diminués de ces frais de souscription.

  • Frais annuels de gestion : environ 10% des loyers perçus

De l’ordre de 10% des loyers perçus chaque année, ces frais paraissent énormes par rapport aux unités de compte classiques, mais doivent aussi être relativisés au regard des performances obtenues. En effet, quand tout fonctionne bien, l’immobilier peut être considéré comme un secteur avec des frais élevés pour des rendements élevés…

Les titres vifs

Pour les investisseurs expérimentés à la recherche du dynamisme des marchés financiers, certaines assurances vie mettent à disposition des titres vifs, c’est-à-dire la possibilité d’acheter directement des actions, généralement très liquides, comme Total, Renault ou encore Airbus.

Par rapport à un compte-titres ou un PEA, l’intérêt est de bénéficier de la fiscalité de l’assurance vie.

Au niveau des frais, étant donné que c’est l’épargnant qui s’occupe de la gestion, les frais annuels de gestion “intrinsèques” sont inexistants, tandis que les “normaux” (c’est-à-dire au niveau du contrat) sont toujours dus.

Par exemple, les frais annuels de gestion “normaux” sont de 0,75% avec Bourse Direct.

Toutefois, des frais de courtage sont à prendre en compte, souvent de l’ordre de 0,30%, pour chaque transaction à l’achat ou à la vente.

La gestion pilotée 100% trackers

Certains contrats, comme Darjeeling de SwissLife, donnent accès à une gestion pilotée 100% trackers.

C’est-à-dire qu’en lieu et place de sélectionner des fonds classiques, chargés en frais, la société en charge du mandat n’achète et ne vend que des trackers.

Or, avec des frais intrinsèques proches de zéro, ce type de gestion pilotée peut compenser ce manque à gagner (via les rétrocommissions) par un surplus de frais annuels de gestion.

Par exemple, toujours avec Darjeeling, la gestion sous mandat est normalement facturée 0,40% en frais annuels de gestion.

Mais si l’épargnant décide d’opter pour une gestion pilotée 100% trackers, cette gestion pilotée n’est plus facturée 0,40%, mais 0,70%.

Fonds Eurocroissance

Moitié fonds en euros pour la sécurité du placement (à condition d’avoir un horizon d’au moins 8 ans) et moitié unités de compte pour la faculté de générer plus de profits (et potentiellement des pertes), les fonds eurocroissance commencent tout doucement à faire leur entrée dans les stratégies de placement des épargnants.

Compte tenu du rôle plus important dévoué aux gérants dans la sélection des titres, les frais annuels de gestion sont donc supérieurs à ceux d’un fonds en euros classique.

Les certificats

Les certificats sont similaires dans leur fonctionnement aux trackers, à la différence qu’ils sont juridiquement habilités à reproduire exactement le cours d’une matière première.

S’ils n’apparaissent qu’occasionnellement dans les offres d’unités de compte, les frais annuels de gestion sont souvent compris entre ceux d’un tracker et ceux d’un fonds classique.

Les frais d‘arbitrage

Bien qu’en perte de vitesse, les frais d’arbitrage sont encore très présents sur les contrats traditionnels.

Le principe est qu’à chaque mouvement d’argent au sein de l’assurance vie, l’assureur du contrat prélève des frais pour le “travail” accompli.

Par exemple, pour transférer une somme :

  • Depuis le fonds en euros vers une unité de compte
  • Depuis une unité de compte vers le fonds en euros
  • Depuis une unité de compte vers une autre unité de compte

Typiquement, la facturation est un pourcentage de la somme transférée, par exemple 1,00%.

Parfois, à la place d’un pourcentage, c’est au contraire une somme fixe, par exemple 25€.

Les frais d’arbitrage peuvent être particulièrement pénalisants pour les adeptes de la gestion libre, c’est-à-dire les épargnants expérimentés qui effectuent régulièrement des arbitrages dans le but de suivre une stratégie.

Dans ce cas, faire confiance à un contrat en ligne paraît plus indiqué, car sur ce type de contrat, la gratuité des arbitrages est la norme.

A une distinction près cependant.

En effet, il existe deux types d’arbitrage :

  • L’arbitrage manuel, celui que nous venons de voir
  • L’arbitrage automatique, c’est-à-dire associé à une option de gestion automatique, comme mettre automatiquement les gains du fonds X vers le Y dès que X atteint 5% de profit

Or, comme Fortuneo Vie, il est possible de ne faire payer que les arbitrages automatiques, 28€ l’unité dans cet exemple.

Les frais d’arbitrage étant de plus en plus contestés, notez que certaines assurances vie traditionnelles mettent un peu d’eau dans leur vin et “offrent” des arbitrages manuels, par exemple 2 ou 3 à l’année.

Match Arpèges VS Linxea Avenir : avantage Linxea Avenir

Assurance vie traditionnelle ou en ligne ? Match des frais

Revenons à notre match entre Arpèges et Linxea Avenir.

Du côté d’AXA, les frais d’arbitrages sont dénommés des frais de réorientation d’épargne et sont facturés à 0,80% du montant transféré.

Par exemple, si nous décidions de transférer 2 000€ vers le fonds en euros, l’opération coûterait 16€.

Toutefois, chaque année, les 4 premiers arbitrages sont sans frais.

Pour Linxea Avenir, les choses sont plus simples puisque tous les arbitrages sont gratuits et illimités, manuels comme automatiques.

L’avantage est donc donné une nouvelle fois à Linxea Avenir.

Les frais des options automatiques de gestion

Les options automatiques de gestion sont des aides pour les épargnants adeptes de la gestion libre.

En effet, il n’est pas toujours évident d’être 100% du temps à l’affut des soubresauts des marchés, d’où l’utilité de ces options pour transmettre des arbitrages automatiquement, en fonction des performances de chaque fonds.

Par exemple, avec la sécurisation des plus-values, il est possible de réorienter les gains d’une unité de compte vers le fonds en euros dès que l’unité de compte atteint un seuil prédéfini.

Autre exemple, avec la réallocation d’actifs, c’est la possibilité de revenir au positionnement de départ (par exemple 50% de fonds en euros, 25% d’UC A et 25% d’UC B) tous les 6 mois.

Ainsi, toutes les options automatiques de gestion ont en point commun de fonctionner avec des arbitrages automatiques.

Par conséquent, comme nous venons de voir, ceux-ci peuvent être gratuits ou payants, en fonction des contrats.

Typiquement, s’ils sont payants, le coût est exprimé en pourcentage (jusqu’à1,00% du montant transféré) ou avec un prix forfaitaire (plusieurs dizaines d’euros).

Match Arpèges VS Linxea Avenir : avantage Linxea Avenir

Assurance vie traditionnelle ou en ligne ? Match des frais

Arpèges propose les options suivantes :

  • Investissement progressif
  • Dynamisation des intérêts
  • Sécurisation des performances
  • Stop Loss

Par contre, si le contrat offre chaque année 4 arbitrages, ce cadeau ne concerne que les arbitrages manuels.

C’est-à-dire que dès le premier arbitrage automatique, 0,80% de la somme transférée est prélevée au titre des frais.

En comparaison, tous les arbitrages automatiques sont gratuits avec Linxea Avenir, qui comprend les options suivantes :

  • Rééquilibrage automatique
  • Investissement progressif
  • Sécurisation des plus-values
  • Stop Loss relatif
  • Dynamisation des plus-values

L’impact final de ces frais dépend beaucoup du type de gestion de chaque épargnant, mais il va sans dire que dans le cadre d’une gestion très active, la somme économisée avec Linxea Avenir peut représenter une belle somme au bout de 10 ans...

Les frais des options de prévoyance

La fiscalité de l’assurance vie est particulièrement avantageuse dans le cadre d’une transmission de patrimoine.

Mais ce n’est pas tout.

Pour ne pas léguer à ses proches une somme inférieure au total des versements du contrat en cas de décès, il est possible de souscrire des options de prévoyance.

Parmi celles-ci, la plus connue est la garantie plancher.

Par exemple, si la valeur des unités de compte est évaluée à 10 000€ au jour du décès de l’épargnant, tandis que le total des versements pendant la durée de vie du contrat est égal à 16 000€, la garantie plancher est enclenchée afin de verser la différence de 6 000€ en plus de la liquidation des unités de compte aux bénéficiaires.

Il existe de nombreuses déclinaisons de la garantie plancher :

  • Garantie plancher simple
  • Garantie plancher cliquet
  • Garantie plancher indexée
  • Garantie vie majorée ou vie entière

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à consulter notre article sur les garanties planchers.

Vous apprendrez notamment que le coût de ces assurances fonctionne sur le principe de capital sous risque.

Dans notre exemple précédent, le capital sous risque était donc de 6 000€.

Les frais des options de prévoyance sont ensuite directement calculés à partir de l’âge de l’assuré et du montant du capital sous risque.

Par exemple, avec Boursorama Vie, un assuré de 35 ans paie 15€ de prime annuelle pour un capital sous risque de 10 000€ tandis que pour un assuré de 65 ans, ce même capital sous risque coûte 172€.

D’une manière générale, si le coût d’une garantie plancher varie énormément en fonction de sa déclinaison (la garantie vie entière étant la plus onéreuse), les tarifs sont semblables d’une assurance vie à l’autre concernant la même prestation.

Par exemple, qu’elle soit logée dans une assurance vie traditionnelle ou en ligne, le coût d’une garantie plancher simple est normalement comparable.

Notre conseil ?

Faites attention aux contrats qui intègrent par défaut une garantie plancher. En effet, l’option est rarement gratuite, même si elle peut parfois l’être comme avec Evolution Vie.

Toutefois, en règle générale, le coût est inconnu au jour de la souscription et pour en avoir une représentation, il faut se plonger corps et âme dans les conditions générales du contrat, ce que tout le monde ne fait pas…

Or, entre un scénario favorable (montée des marchés) et un scénario catastrophe (krach boursier), le coût d’une garantie plancher peut aussi bien être inexistant que très impactant…

Bref, prenez le temps de la réflexion et faites attention à y souscrire uniquement si vous en exprimez le besoin.

Match Arpèges VS Linxea Avenir : avantage Arpèges

Assurance vie traditionnelle ou en ligne ? Match des frais

Une fois n’est pas coutume, Arpèges est mieux équipé que Linxea Avenir sur la question des options de prévoyance.

En effet, ce contrat contient :

  • Garantie plancher
  • Garantie majorée
  • Garantie revalorisée
  • Garantie cliquet
  • Garantie transmission

En face, Linxea Avenir se contente du strict minimum avec une garantie plancher classique.

Toutefois, la décision de recourir à une garantie plancher est une décision personnelle et ne constitue généralement pas un critère déterminant dans le choix de son assurance vie.

Les frais de sortie

On touche à la fin de la longue liste des frais en assurance vie !

A la manière des frais sur les versements, certains très vieux contrats peuvent prélever une commission sur le montant des retraits.

Par exemple, 0,50% de 1 000€, soit 5€, pour un retrait de 1 000€ vers le compte bancaire de l’épargnant.

Historiquement, quand on mentionne des frais de sortie, il est donc communément admis que l’on fait référence à ces frais. Or, ils ont pratiquement disparu de la circulation…

Ce qui n’empêche pas certains contrats en manque d’arguments de mentionner l’absence de frais de sortie comme un avantage fort… Après tout, pourquoi pas !

Par contre, le débat n’est pas nécessairement clos, car d’autres frais de sortie existent, plus subtils.

En effet, au dénouement du contrat, l’épargnant peut procéder à trois sorties :

  • en capital, c’est-à-dire faire un seul retrait complet ou bien des retraits plus petits à intervalles réguliers
  • en rentes viagères, c’est-à-dire convertir son capital contre une rente annuelle jusqu’à la fin de ses jours
  • mixte, c’est-à-dire combiner des retraits et une rente viagère sur une partie du capital

Ici, c’est la sortie en rentes viagères qui nous intéressent car elle occasionne parfois des frais, qui peuvent donc être considérés comme des frais de sortie.

Pour rappel, la sortie en rentes viagères consiste à faire le raisonnement suivant :

  • Confier le capital présent sur le contrat à la compagnie d’assurance vie
  • Recevoir en échange une rente annuelle jusqu’à la fin de ses jours

La conversion en rentes se fait selon plusieurs critères, dont le plus important est certainement l’âge de l’assuré.

En effet, plus l’assuré est jeune et plus le montant est faible, ce qui paraît normal.

Mais revenons aux frais de sortie.

Lors du calcul (complexe) de la rente, certains contrats comportent des frais d’arrérage. Il s’agit ni plus ni moins que du terme technique désignant des frais de conversion en rente. Or, la rente étant la sortie du contrat, ce sont donc bel et bien des frais de sortie.

Lorsqu’ils sont facturés, les frais d’arrérage sont très souvent de 3,00%, ce qui signifie que pour chaque rente versée, une retenue de 3,00% du montant est effectuée par l’assureur.

Par contre, notons qu’il est difficile de trouver une logique dans la facturation de ces frais.

En effet, des contrats très chargés en frais peuvent en être exempts, tandis que d’autres réputés pour leur compétitivité peuvent en contenir.

En dernier ressort, c’est donc à l’épargnant de se renseigner, surtout si la sortie en rentes fait partie du champs des possibilités. Dans ce cas, ces frais de sortie sont bien évidemment à proscrire, dans la mesure où d’une manière générale, la sortie en rentes viagères est rarement profitable pour les bénéficiaires.

Match Arpèges VS Linxea Avenir : match nul

Assurance vie traditionnelle ou en ligne ? Match des frais

Dans ce dernier round du combat entre Arpèges et Linxea Avenir, les deux compétiteurs sont renvoyés dans leur corde puisqu’ils facturent exactement les mêmes frais d’arrérage, de 3,00%.

L’heure de passer au décompte des points a sonné !

Comptage des points : un verdict sans appel

L’objectif de cet article étant de braquer les projecteurs sur les frais de l’assurance vie et leur impact sur les performances, quelle meilleure illustration que de réaliser une simulation avec des données réelles ?

En confrontant un contrat réputé pour être très cher (Arpèges) et un autre pour être très compétitif (Linxea Avenir), nous voulions mettre un chiffre précis sur l’écart de performances.

Voici le rappel des règles du “combat” :

Les règles du combat

  • Investissement initial de 10 000€
  • Répartition à 60% sur le fonds en euros, dans une optique de gestion prudente
  • Répartition à 40% sur les unités de compte, via une gestion pilotée dynamique, pour tenter de générer du rendement
  • Versements programmés de 150€ tous les mois
  • Horizon d’investissement de 10 ans de 2010 à 2019
  • Données réelles de 2010 à 2019 pour les fonds en euros
  • Performances du CAC 40 de 2010 à 2019 pour les UC

Linxea Avenir met Arpèges K-O debout

Assurance vie traditionnelle ou en ligne ? Match des frais

A armes égales, le chèque de Linxea Avenir vaut 33 552,74€ contre 31 050,16€ pour celui d’Arpèges, soit une différence de 2 664,76€.

Mais la représentation graphique est beaucoup plus parlante !

Dans les deux cas, le total des sommes versées par l’épargnant est de 28 000€.

A partir de cette somme, Linxea Avenir a généré un gain brut de 8 592,95€, divisé de la manière suivante : 64,62% (soit 5 552,74€) dans la poche de l’épargnant et 35,38% dans la poche de Linxea (soit 3 040,21€).

Assurance vie traditionnelle frais

Du côté d’AXA, les frais plus élevés ont d’abord eu comme effet de réduire le montant investi, et par conséquent la performance finale avec 7 727,91€ de gains, contre 8 592,95€.

Mais le drame est surtout que sur cette somme, AXA prélève une part supérieure à celle de l’épargnant !

Assurance vie en ligne frais

Dans le détail, la commission d’AXA est en effet de 60,08% (soit 4 642,75€) contre seulement 39,47% (soit 3 050,16€) pour l’épargnant.

En d’autres termes, il est fort probable que l’épargnant ne s’en rende pas compte, mais en pensant préparer sa retraite ou tout autre projet, son argent travaille d’abord pour l’assureur !

Et encore heureux que dans cette simulation, le CAC 40 connaisse une année 2019 exceptionnelle avec 26,37% de gains…

Et si le véritable enseignement était de faire confiance aux trackers ?

C’est maintenant un fait établi, sur la question des frais, les contrats traditionnels comme Arpèges peuvent être considérés comme abusifs.

En gardant en tête que que dans notre simulation, nous n’avons même pas pris en compte d’autres frais qui plomberaient encore plus Arpèges, comme la gestion pilotée ou les arbitrages…

Bref, il est plus que temps de quitter l’Ancien Monde !

Pour aller où ? Les trackers (ou ETFs) représentent sans le moidre doute le présent et l’avenir.

Car en fin de compte, plus que les frais de l’enveloppe du contrat, ce sont les frais cachés (c’est-à-dire intrinsèques aux unités de compte) qui font couler la barque.

Pour un débutant, cela revient à acheter une voiture qui consomme du 100 litres au cent sans le savoir !

Heureusement, pour rouler à meilleur compte, les épargnants bien informés privilégieront un contrat avec des trackers, comme c’est le cas pour Linxea Avenir.

En règle général, le premier effet positif des trackers est d’augmenter la performance, ne serait-ce parce qu’avec des frais revus à la baisse, l’investissement possède plus pour de place pour respirer.

Avec des trackers, nous obtenons ainsi une performance totale de 8 994,50€ contre 8 592,95€ sur Linxea Avenir.

Frais trackers

En passant, n’oublions pas que les trackers enregistrent de meilleures performances que les fonds classiques dans 90% des cas, même si pour les besoins de cette simulation, nous les avons placés sur un pied d’égalité.

Le deuxième point positif est qu’avec des frais annuels de gestion très raisonnables, la part qui revient à l’épargnant progresse de belle manière.

Sur les 8 994,50€ de gains du contrat, 79,87% (soit 7 183,75€) font dans la poche de l’épargnant contre 64,62% précédemment pour Linxea Avenir.

A l’inverse, la part qui revient à l’assureur baisse à 20,13% (soit 1 810,75€) contre 35,38% auparavant.

Félicitations !

Si vous avez été jusqu’au bout de cet article, nous avons donc prouvé par A + B qu'intégrer des trackers est indispensable pour de meilleures performnances.

Et vous en savez plus que 90% des conseillers bancaires !

Maintenant les cartes en main pour choisir l’assurance vie qui travaillera pour vous, et non l’inverse...

A la recherche de la meilleure assurance vie avec les frais les moins élevés ? N'hésitez pas à consulter notre classement des meilleurs contrats !

newsletter

Toujours pas abonné ? N'attendez plus !

Donnez un futur à vos finances, c'est facile avec la newsletter Nextbanq

1 email maximum par mois et uniquement si l'actualité l'exige