Chèque de banque

 

Définition

Le chèque de banque est généralement un moyen privilégié pour finaliser des transactions avec un montant important. Par exemple, l’achat d’un bien immobilier ou d’une voiture, etc…

Le principe est le suivant : face au risque d’impayé, plus communément appelé chèque en bois, le vendeur souhaite avoir la garantie d’être payé en bonne et due forme. Par conséquent, l’acheteur contacte donc sa banque afin de lui réclamer un chèque de banque du montant de la transaction, disons 15 000€. Concrètement, la banque va donc immédiatement débiter le compte de l’acheteur de 15 000€, et lui remettre en contrepartie un chèque de banque correspondant à cette valeur.

En procédant de la sorte, l’avantage pour le vendeur est que le montant de 15 000€ ayant déjà été tiré lors de l’émission du chèque par la banque de l’acheteur, le vendeur ne craint aucun risque de voir son paiement refusé pour défaut de provision. En effet, à la place d’être tiré du compte courant de l’acheteur, c’est directement le compte de l’agence bancaire qui sera débité à l’occasion de l’encaissement.

Ce service étant généralement facturé plus de 10€ par chèque de banque émis, cela explique que le recours au chèque de banque soit donc réservé aux plus gros montants.

Enfin, attention aux fraudes ! Des faux chèques de banque sont en circulation (soit des imitations, soit volés) et le risque de recevoir un tel chèque est bien réel. Pour s’en prémunir, il suffit d’appeler l’agence bancaire au numéro indiqué sur le chèque, pour avoir confirmation de son authenticité.
Dans le cas d’une transaction portant par exemple sur une voiture, il n’est donc pas rare de voir le fraudeur arriver en retard au rendez-vous, de manière à s’assurer que l’agence soit bien fermée… Ne pas hésiter donc à retarder la transaction !

De plus, dans le cas de l’imitation d’un chèque, il est préférable d’appeler l’agence bancaire depuis son numéro dans l’annuaire ou dans une source sûre, car il existe toujours un risque d’appeler un complice qui se fera passer pour la banque de l’acheteur.