Le crédit conso sous toutes ses formes

GuideQu’entend-on par crédit à la consommation ? D’après la loi, le terme crédit à la consommation, ou crédit conso, désigne officiellement un emprunt d’un montant inférieur de 75 000€ et avec une durée de remboursement supérieure à 3 mois.

Mais à l’intérieur de cette famille, les 5 membres qui la composent ont des caractéristiques très différentes… Nextbanq vous propose donc de voir ou revoir chacun de ces crédits, afin d’abattre la meilleure carte quand le besoin se fait sentir !

1 Le crédit personnel

C’est de loin la carte préférée des emprunteurs qui apprécient un budget équilibré. En effet, la fonction première du crédit personnel est le financement d’un besoin précis. Grâce à lui, il devient par exemple possible d’acheter une voiture ou de financer des études en l’absence des liquidités suffisantes. L’intérêt est donc évident pour le consommateur !

Le grand avantage du prêt personnel est que comme pour tout crédit amortissable, toutes les variables sont connues à l’avance : durée, taux d’intérêt, coût potentiels des options de remboursement, assurance et bien entendu le coût total. Le consommateur peut donc ainsi effectuer des simulations précises de son crédit personnel, et vérifier très facilement si celui-ci « s’insère » dans le budget !

La loi prévoit clairement que l’emprunteur n’a pas besoin de donner de justificatifs de l’utilisation des fonds, mais dans la pratique, ce n’est pas aussi simple car la plupart des établissements de crédits  « saucissonnent » leurs offres en fonction des projets : voiture, mariage, mobil home, voyages, travaux, etc…

Légitimement, vous pouvez vous poser les questions : quelle incidence mon ‘utilisation des fonds peut-elle avoir du point de vue de l’établissement de crédit ? Pourquoi rendre les choses plus compliquées ? En fait, l’intérêt est double pour les établissements :

  • Un intérêt commercial : les établissements de crédits sont ainsi capables de proposer des taux différents en fonction des besoins, et par la même occasion mettre en place des stratégies marketing avec des taux plus compétitifs comme par exemple pendant le salon de l’automobile pour l’auto, en été pour le crédit mariage, etc… Et sans oublier des taux plus chers le reste du temps !
  • Un meilleur contrôle du risque : typiquement, un établissement de crédit considère qu’un client souhaitant financer l’achat d’une voiture présente un risque de non-remboursement moins élevé qu’un client souhaitant financer un voyage d’agrément. Parce que selon les besoins ce risque de défaut de paiement est différent, les taux d’intérêt vont reflèter ce risque. Ainsi, plus le risque de défaut de paiement est élevé, et plus le taux demandé est important.

C’est ainsi que dans la « vraie vie », même si la loi est claire sur ce point, l’immense majorité des établissements de crédits réclament des informations relatives à l’utilisation des fonds. De plus, plus le profil du client est considéré comme risqué, et plus le niveau de justification demandé est élevé.

En fin de compte, le crédit personnel est un crédit qui peut être comme qualifié comme « normal », dans le sens où il est très facile à comprendre et qu’il n’engage qu’un besoin et un financement. En comparaison, d’autres membres de la « famille des crédits à la consommation » sont un peu plus difficiles à cerner !

2 Le crédit affecté

Le crédit affecté est très semblable à un prêt personnel, au détail près que si pour une raison quelconque l’objet du financement (une voiture, un écran plat, etc…) n’est pas livré correctement (problème du côté du vendeur), alors le prêt affecté s’annule automatiquement, et le souscripteur n’est donc plus engagé de quelque sorte que ce soit.

Affecter un crédit consiste donc simplement à le lier de manière irrévocable à l’achat d’un bien ou d’un service précis, « l’un ne va pas donc pas sans l’autre » en d’autres termes !

La plupart du temps, les crédits affectés sont proposés sur le lieu d’achat : concession pour une voiture, grand magasin pour la TV, etc… Pour le consommateur, en optant pour un crédit affecté, l’avantage est donc de ne prendre aucun risque par rapport au bien acheté, quitte en général à payer un peu plus cher que pour un prêt personnel classique, même si cela n’a rien d’automatique.

Par exemple, une offre promotionnelle du type « payer en X fois sans frais » peut très bien être associée à un crédit affecté ou non.

3 Le crédit renouvelable

Le crédit renouvelable est une autre forme de crédit à la consommation. Aujourd’hui, il s’agit de son appellation « légale » mais pendant des années, il a été désigné sous les termes de crédit revolving, de réserve d’argent ou encore de crédit permanent.

Bien utilisé, c’est-à-dire avec beaucoup de discipline, le crédit renouvelable peut se révéler un instrument utile pour jongler entre une dépense immédiate et une rentrée d’argent certaine. Par contre, en cas de mauvaise utilisation, le risque est de tomber dans la spirale du surendettement… Son utilisation doit donc être parfaitement maîtrisée !

Concrètement, il s’agit d’une somme d’argent généralement inférieure à 5 000€, et qui est mise à disposition de l’emprunteur soit directement sur le compte bancaire, soit avec la remise d’une carte de crédit.

Dans le 1er cas, l’argent du crédit renouvelable est prélevé automatiquement dès que le compte passe à découvert, tandis que dans le 2ème cas, l’utilisateur donne son consentement à chaque utilisation de sa carte de crédit. De plus, sachant que les banques ne demandent généralement aucun justificatif d’utilisation, la souple d’utilisation est évidente, voire un peu trop !

Deux inconvénients majeures viennent ternir l’utilisation du crédit renouvelable :

  • Tout d’abord, le taux d’intérêt appliqué sur le remboursement de la somme prêtée est généralement très élevé, de l’ordre de 14% à 20% (soit juste en-dessous du taux de l’usure !).
  • Ensuite, le 2ème souci majeur est paradoxalement le montant assez faible des mensualités de remboursement. La raison est qu’en diminuant le montant des mensualités, la durée du remboursement du crédit se trouve automatiquement rallongée, si bien que le coût total du crédit augmente mécaniquement. (voir le fonctionnement du taux annuel effectif global).

La dernière caractéristique principale du crédit renouvelable est que comme son nom l’indique, le montant du crédit se reconstitue au même rythme que les remboursements. Pour cette raison et contrairement à un prêt personnel, le consommateur ne sait pas quand prendra fin son crédit renouvelable, même si une loi récente implique de rembourser tout montant inférieur à 3 000€ en moins de 36 mois, et tout montant supérieur en moins de 60 mois…

Pour résumer, l’usage du crédit renouvelable doit donc faire l’objet de beaucoup de précautions, car ce mélange de souplesse d’utilisation, de taux élevé, de durée de remboursement allongée et de mensualités (relativement) faibles peut se révéler très dangereux !

4 Le découvert bancaire autorisé de plus de 90 jours

Lorsque survient une dépense non-couverte par le solde du compte du compte courant, le choix revient alors à la banque de procéder ou pas au paiement de la transaction. Si elle accepte, la somme avancée est ni plus ni moins qu’une forme de crédit accordé et les conditions associées sont disponibles dans la convention de compte. Mais il est encore trop tôt pour parler d’un crédit à la consommation d’un point de vue légal !
En effet, le rôle du découvert bancaire est de procurer une facilité de caisse au client pour un temps très limité.

Par contre, à partir du moment où la situation se prolonge, c’est-à-dire dans le cas où le consommateur ne peut faire face à ses dettes au bout de 3 mois, la banque est alors dans l’obligation si les conditions le permettent de proposer un crédit à la consommation. C’est cette forme de crédit, le découvert bancaire autorisé de plus de 90 jours, qui se révèle donc faire parti de la famille des crédit à la consommation.

Pour marquer la différence avec un découvert “classique”, la nouvelle offre commerciale nécessite donc la signature du consommateur pour prendre effet.

5 La location avec option d’achat (LOA)

La dernière forme de crédit à la consommation est la location avec option d’achat (aussi appelé crédit-bail ou leasing). Son usage concerne essentiellement l’achat de voitures.

A la différence d’un prêt personnel où l’emprunteur devient immédiattement propriétaire à l’achat du bien, cette forme de financement implique que c’est l’établissement prêteur qui détient la propriété du bien.

Néanmoins, à la fin du contrat, le consommateur peut décider de « lever » l’option d’achat, c’est-à-dire procéder au règlement de celle-ci, dans le but de devenir propriétaire du bien. Dans le cas contraire, le bien est alors simplement restitué à son propriétaire.

Même si la location avec option d’achat relève de la famille du crédit à la consommation, ce mode de financement concerne principalement une clientèle professionnelle, pour l’achat d’un parc de véhicules utilitaires par exemple.

Si vous avez aimé ce contenu

Gardez contact avec Nextbanq !
1 fois par mois, recevez les infos essentielles.
Faites-le savoir !
Grâce aux réseaux sociaux, rien de plus facile !

Dernières infos

Sur le sujet

Pour aller plus loin