Utiliser le compte à terme à bon escient

GuideCoincé dans l’étau des placements « super populaires »  que sont les livrets d’épargne et l’assurance vie, le compte à terme est un produit souvent sous-estimé mais qui rend pourtant de fiers services à ses possesseurs…

L’espace d’un instant, Nextbanq enfile donc son costume de défenseur des placements opprimés lui pour rendre justice !

1 La place du compte à terme dans le monde de l’épargne

En épargne, chaque produit a une place attitrée, et qui consiste en fait à répondre à un besoin précis pour l’épargnant.

Par exemple, la disponibilité immédiate des fonds sur les livrets d’épargne fait des merveilles pour le placement des liquidités, tandis que la très faible imposition de l’assurance vie au bout des 8 années d’investissement permet de préparer toute sorte de projets sur le long-terme.

Qu’en est-il du compte à terme ? Eh bien, la réponse est un petit peu plus compliquée car nous sommes en présence d’un produit considéré comme semi-liquide. C’est-à-dire qu’avec un horizon de placement variant entre 1 mois et 10 ans et la possibilité de retirer les fonds à tout moment mais moyennant une pénalité,  le compte à terme s’intercale entre la disponibilité du livret d’épargne et l’immobilisation des fonds de l’assurance vie.

Du point de vue des banques, l’utilité de ce type de compte n’est donc pas forcément facile à expliquer, et il y a fort à parier que c’est justement ce positionnement un peu « entre deux chaises » qui explique le déficit d’exposition du produit, et par conséquent le manque de connaissance vis-à-vis du grand public…

Mais le vent est en train de tourner puisque phénomène assez récent, en lieu et place d’être vendu dans « l’arrière-boutique », comprendre uniquement pour les besoins de la clientèle déjà existante, le compte à terme commence à se faire une place en « vitrine », c’est-à-dire que de plus en plus d’épargnants font des efforts pour aller vers ce produit. Pourquoi un tel changement de la part des épargnants ? Deux raisons principales à cet état de fait :

  • Echaudés par des pertes en bourse dans la dernière décennie, l’attrait pour des placements sans risques et plus rentables que les livrets d’épargne s’est développé
  • Le contexte actuel de la baisse des taux d’intérêt invite à se protéger en investissement dans du long-terme

Et vous, que pensez-vous de cette solution pour vos finances personnelles ?

2 Quelques conseils avant d’ouvrir un compte à terme

Pour que l’ouverture d’un compte à terme constitue un acte d’épargne efficace, voici au préalable quelques conseils :

  • Prendre le temps de la comparaison face aux produits d’épargne disposant d’un horizon de placement similaires.
  • A cause des pénalités, le compte à terme perd pratiquement tout son intérêt si un retrait est effectué. C’est le scénario à éviter par excellence ! Par conséquent, n’investir que de l’argent pouvant être immobilisé pendant toute la durée du contrat est la règle d’or.
  • Malgré tout, en cas de besoin urgent, l’impact des pénalités peut être grandement contourné grâce à un principe de précaution. Celui-ci consiste tout simplement à répartir la somme à investir dans plusieurs comptes, par exemple 10 dépôts à 1 000€ plutôt qu’un dépôt unique à 10 000€. De cette manière, en cas de besoin, il suffit de clôturer le nombre de comptes à terme nécessaire, et non la totalité.
  • La durée du placement doit être considérée en fonction de l’évolution des taux d’intérêt de l’épargne. Par exemple, dans un contexte de hausse des taux d’intérêt, privilégier des périodes courtes, du type 3 mois, permet de profiter d’une éventuelle hausse en cas de renouvellement du compte à terme.
    A l’inverse, dans un contexte baissier des taux d’intérêt, l’objectif est de s’accrocher à un taux performant pour une durée plus longue, par exemple 3 ou 4 ans.
  • Pour les placements de très longue durée, supérieurs à 4 ans, le compte à terme à taux fixe représente un trop grand pari sur l’avenir. Un taux progressif, ou beaucoup mieux, indexé sur les taux d’intérêt, est le seul moyen de conserver une certaine tranquillité d’esprit par rapport à l’évolution des marchés financiers.

La question la moins évidente à répondre est certainement celle de la comparaison du compte à terme avec d’autres produits d’épargne, dont notamment les livrets d’épargne, réglementés comme non réglementés, et l’assurance vie. C’est donc tout le sujet de la prochaine partie.

3 La cohabitation entre livrets d’épargne, assurance vie, et compte à terme

Selon l’horizon d’investissement, le compte à terme est quasi-systématiquement comparé au livret d’épargne, pour une durée courte, et l’assurance vie, pour une durée longue. Donner une réponse catégorique sur le meilleur placement est une tâche impossible car de nombreux paramètres rentrent en ligne de compte, que ce soit du côté de la situation personnelle de l’épargnant ou de la situation du marché de l’épargne.

Cependant, les tableaux comparatifs ci-dessous visent à fournir une grille de lecture sur ces deux questions !

Durée du placement Choisir un livret d’épargne ou un compte à terme ?
1 – 3 mois
  • Avec une rémunération non fiscalisée, les livrets réglementés du type Livret A ou LDD l’emportent haut la main face au compte à terme, qui ne peut offrir ni la même rémunération, ni la même disponibilité.
  • Affichant des rémunérations globalement similaires aux supers livrets, le compte à terme perd cependant à tous les coups si ceux-ci bénéficient d’une promotion à l’ouverture, du type un pourcentage bonifié pendant 3 mois.
4 – 12 mois
  • L’écart se resserre mais la rémunération nette d’impôts des livrets réglementés est toujours un avantage trop important pour que le compte à terme constitue une alternative crédible.
  • En règle générale, le compte à terme offre un meilleur rendement que les supers livrets, mais certains d’entre eux bénéficient tout de même de promotions exceptionnelles sur un an, et prennent donc l’avantage sur le compte à terme quand c’est le cas.
    Toutefois, pour des montants très élevés, pour plusieurs dizaines de milliers d’euros, les plafonds  des offres de bienvenue sont vite atteints et le compte à terme reprend l’avantage.
Plus de 12 mois
  • Les tout meilleurs comptes à terme battent parfois le Livret A sur le terrain de la rémunération nette, mais seulement d’une courte tête, et toujours au prix de l’immobilisation des fonds. Si les plafonds de l’épargne réglementée sont atteints, le compte à terme constitue alors une alternative de choix.
  • Les rémunérations des comptes à terme sont en général bien meilleures que celles des supers livrets, même si des surprises peuvent parfois apparaître. La grande question est donc de savoir si le surplus de rémunération affiché justifie l’immobilisation des fonds.

Afin de repérer facilement les meilleurs supers livrets, Nextbanq met à votre disposition un classement des livrets du moment, offres de bienvenue comprises. A utiliser donc sans modération !
Dans la comparaison qui suit entre le compte à terme et l’assurance vie, notez bien que l’assurance vie est considérée comme un contrat entièrement investi dans le fonds en euros, afin de garantir le capital et donc pouvoir comparer les deux produits sur un pied d’égalité.

Durée du placement Choisir un compte à terme ou une assurance vie ?
Entre 2 et 4 ans
  • La partie dépend entièrement du rendement du fonds en euros sur les prochaines années, exercice délicat à anticiper. Sur l’analyse des dernières années, le compte à terme semble être un peu plus rentable que les fonds en euros. La question est donc de savoir si l’épargnant préfère connaître la rémunération à l’avance, ou bien prendre le risque de voir celle-ci évoluer en fonction des marchés financiers.
  • Sur la question de la disponibilité des fonds, l’assurance vie propose un peu plus de flexibilité, mais en répartissant les fonds dans plusieurs dépôts à terme, l’avantage est assez relatif.
Entre 4 et 8 ans
  • Le rendement du fonds en euros est presque impossible à prévoir, pour s’engager dans ce type de contrat, il faut donc au préalable que le décalage constaté au départ entre les fonds en euros et le compte à terme soit nettement en faveur du compte à terme.
  • Au bout de 4 années, la fiscalité avantageuse de l’assurance vie commence à produire ses effets. Ce qui sera toujours un avantage face au compte à terme, qui est lui fiscalisé normalement.
 
Plus de 8 ans
  •  Sur un tel horizon, l’évolution des marchés financiers est tout sauf prévisible. Investir sur un compte à terme consiste donc à faire le pari que les rémunérations des fonds  en euros évoluent à la baisse.
  • Le point principal reste la quasi-exonération de la fiscalité sur les intérêts gagnés avec l’assurance vie. Cet avantage permet de voir l’avenir avec beaucoup plus de sérénité qu’avec le compte à terme…

Un classement des meilleurs contrats en ligne est à votre disposition sur Nextbanq pour repérer les assurances vie les plus rémunératrices du marché.

4 Conclusion

Si l’épargnant reste le seul maître à bord concernant ses choix d’investissement, quelques acquis se dégagent de l’analyse des tableaux précédents :

  • Compte à terme VS livret d’épargne : pas évident de battre les livrets non fiscalisés et les supers livrets bénéficiant d’offres de bienvenue sur une période très courte. Par contre, dès que l’horizon est à plus de 3 mois, le compte à terme offre plus qu’une alternative face aux livrets non réglementés. La vraie question est ensuite d’analyser la fréquence à laquelle l’épargnant puise habituellement dans ses livrets, pour apprécier le risque de pénalités. A noter qu’avec pour seule pénalité une rémunération égale à celle du taux du livret d’épargne, le compte à terme VTB Bank se montre à son avantage.
  • Compte à terme VS Assurance Vie : envisager un compte à terme à la place de l’assurance vie représente un sacré pari sur l’avenir, mais pas dénoué de sens. Plutôt que de subir un contexte baissier de taux d’intérêts, rémunération du fonds en euros comprise, ne faut-il donc pas mieux « sécuriser » un taux de rémunération  pour les prochaines années ? Ce débat est entièrement ouvert quand l’horizon de placement est inférieur à 4 ans, et relève d’une stratégie d’investissement.
    Au-delà du délai de 4 ans, le risque de retournement du marché couplé à une fiscalité moins avantageuse que celle de l’assurance vie rend par contre le choix d’un compte à terme très hasardeux.

Pour conclure cet article sur l’utilisation du compte à terme, l’épargnant tient avec ce produit d’épargne une vraie flèche aiguisée quand la cible est placée entre 3 mois et 4 ans d’investissement, mais celui-ci ne devra pas hésiter à placer la flèche avec délicatesse dans le carquois, afin d’éviter d’éviter le risque de coupure avec les pénalités…
Par contre, sur des cibles inférieures à 3 mois ou supérieures à 4 ans, les livrets d’épargne et l’assurance vie constituent globalement des flèches plus affûtées, mais qui en aucun cas ne pourraient justifier l’absence d’une mise à l’épreuve !

Si vous avez aimé ce contenu

Gardez contact avec Nextbanq !
1 fois par mois, recevez les infos essentielles.
Faites-le savoir !
Grâce aux réseaux sociaux, rien de plus facile !

Dernières infos

Sur le sujet

Pour aller plus loin