Apple Pay : plus sûr et plus rapide qu'une carte bancaire

Avec Apple Pay, la marque à la pomme promet une expérience de paiement plus simple, plus rapide et même plus sûre.

Et sans nul doute, nous assistons bien à l’avènement d’un moyen de paiement.

Après les Etats-Unis, le Royaume-Uni ou encore le Japon, la France ne fait pas exception à la règle et tous les jours, de nouvelles personnes, clientes ou commerçantes, découvrent avec étonnement cette nouvelle façon de payer.

Mais les questions restent nombreuses : que se passe-t-il en cas de vol du téléphone ? Puis-je tout payer ? Les assurances de ma carte fonctionnent-elles toujours ? Dois-je changer de banque ?

Avis N26

Découvrez dans cet article Apple Pay sous toutes ses coutures et pourquoi ce mode de paiement est bien parti pour rester…

Etes-vous équipé pour l’expérience Apple Pay ?

Apple Pay est une solution de paiement avec deux facettes :

  • Le paiement mobile : sortez votre téléphone ou passez votre montre connectée sur l’icône sans contact du terminal de paiement pour régler vos achats
  • Le portefeuille électronique : pour des paiements en ligne ou dans les applications, Apple Pay permet de régler sans avoir à renseigner ses informations bancaires, à la manière d’un compte Paypal

Bref, pour payer un café, la version premium d’une application ou vos courses de Noël, Apple Pay promet d’être la solution ultime.

Mais avant d’attaquer les avantages d’Apple Pay, passons en revue les prérequis pour entrer dans le monde d’Apple Pay :

Ensuite, vous avez besoin d’un des appareils suivants :

  • Smartphone : iPhone à partir de la 6ème génération, c’est-à-dire avec la technologie Touch ID ou Face ID
  • Montre connectée : iWatch à partir de la première génération (mais un iPhone reste nécessaire pour la mise en place d’Apple Pay)
  • Tablette : iPad à partir de la 5ème génération, iPad Mini à partir de la 3ème génération, iPad Air à partir de la deuxième génération ou iPad Pro
  • Ordinateur : MacBook Pro avec Touch ID ou un Mac datant au moins de 2012 avec un iPhone ou iWatch avec Apple Pay déjà activé

La dernière brique indispensable est un Apple ID valide, c’est-à-dire votre identifiant Apple pour un des services suivants : App Store, iTunes Store, Apple Music, FaceTime, iCloud ou encore iMessage.

Vous avez le nécessaire ? Passons maintenant à la mise en place Apple Pay.

Heureusement, celle-ci est très facile.

Tout d’abord, il n’y a pas d’application à télécharger puisque Apple Pay est directement intégré à l’application Wallet.

Pour rappel, Wallet est l’application qui sert à numériser toute sorte de document, comme les billets d’embarquement, les tickets de cinéma ou encore les cartes de fidélité.

Dorénavant, grâce à Apple Pay, les cartes bancaires sont acceptées dans Wallet.

Comment faire ? C’est très simple comme le montre cette vidéo illustratrice pour la Caisse d’Epargne.

Il suffit d’ouvrir l’application Wallet, de cliquer sur l’icône "+" et de suivre les indications, l’opération ne prenant pas plus de quelques minutes.

Notez que selon les banques, les vérifications demandées pour ajouter une carte peuvent prendre des formes variées, mais que l’authentification par SMS est souvent utilisée.

Besoin d’un tableau récapitulatif sur les fonctionnalités d’Apple Pay ? C’est juste en dessous :

Appareils Mise en place d’Apple Pay Fonctionnalités
Smartphone A partir de l’application Wallet depuis le smartphone
  • Paiement mobile en magasin
  • Paiement au sein d’applications
  • Paiement sur le web au sein de sites ouverts dans Safari
Tablette A partir de l’application Wallet depuis la tablette
  • Paiement au sein d’applications
  • Paiement sur le web au sein de sites ouverts dans Safari
Montre connectée A partir de l’application Apple Watch depuis le smartphone
  • Paiement mobile en magasin, nul besoin d’avoir le smartphone à portée de main
  • Paiement au sein d’applications
Ordinateur A partir de l’application Wallet depuis un Mac équipé de la fonction Touch ID
Les autres ordinateurs utilisent l’iPhone ou l’Apple Watch pour finir la transaction
  • Paiement sur le web au sein de sites ouverts dans Safari à partir d’un MacBook Pro avec Touch ID
  • Paiement sur le web au sein de sites ouverts dans Safari à partir d’un Mac + iPhone ou Apple Watch afin de terminer la transaction

Dernière chose à savoir, si vous souhaitez utiliser une carte bancaire sur plusieurs appareils Apple, vous devrez ajouter celle-ci dans chaque appareil séparément, pour des raisons de sécurité que nous verrons plus bas.

Premier avantage d’Apple Pay : des paiements plus rapides

Le premier avantage d’Apple Pay est de permettre des paiements plus rapides.

Et c’est agréable !

  • Régler un achat en magasin

Dès que le terminal de paiement d’un magasin affiche le logo sans contact, Apple Pay a toutes les chances de fonctionner.

En effet, pour communiquer avec le terminal, Apple Pay utilise la technologie NFC et sauf cas très particuliers, le commerçant n’a aucune démarche à effectuer pour accepter les paiements avec Apple Pay.

Le paiement mobile s’effectue très simplement :

  • Avec Touch ID, il suffit d’approcher le téléphone du terminal et d’autoriser le paiement avec une pression du bouton
  • Avec Face ID, il faut d’abord s’identifier avant d’approcher le téléphone près du terminal

Et c’est tout !

Apple Pay paiement mobile

En comparaison avec le paiement par carte bancaire, sortir son portefeuille, choisir la bonne carte, insérer la carte dans le terminal et composer le code secret est bien plus chronophage.

Sans compter l’inconfort que peut parfois provoquer le paiement dans un espace bondé, où il existe toujours le risque de regards indiscrets…

De plus, avec l’avènement du smartphone comme outil indispensable de notre quotidien, l’utiliser en tant que moyen de paiement semble une évolution naturelle.

Et si la montre connectée n’a pas encore la même base d’utilisateur que les smartphones, passer le poignet sur le terminal de paiement est une opération encore plus rapide.

De là à populariser encore plus la montre connectée ? Comment ne pas penser à un joggeur qui souhaite acheter une bouteille d’eau sur le chemin du retour, sans avoir à se soucier de son smartphone ou portefeuille….

Bien entendu, ce gain de temps peut être vu par certains comme un gadget. Mais pourquoi se priver d’un confort supplémentaire ?

Car le paiement mobile est avant tout une expérience qui se vit afin de l’évaluer à sa juste mesure.

Et outre la vitesse des paiements, l’argument sécuritaire est aussi très fort en faveur d’Apple Pay, comme nous verrons plus bas.

  • Régler un achat en ligne ou dans une application

Envie de shopping en ligne ?

Si des solutions comme Paypal ou les cartes virtuelles existent déjà pour régler vos achats sans avoir à insérer vos informations bancaires, Apple Pay peut aussi servir de portefeuille en ligne.

Pour cela, à condition d’utiliser le navigateur Safari, il suffit de cliquer sur le bouton "Payer avec Apple Pay" lors de l’étape du paiement et de vérifier que la carte bancaire sélectionnée est celle que vous souhaitez, ou d’en choisir une autre si besoin.

Payer avec Apple Pay

Ensuite, selon votre équipement, le paiement s’effectue de la manière suivante :

  • Vous avez un iPhone ou MacBook Pro équipé du Touch ID : la confirmation du paiement s’effectue en placant le doigt sur le capteur d’empreinte
  • Vous avez un autre Mac : la confirmation du paiement s’effectue avec l’iPhone ou la montre connectée

Et c’est tout !

Cliquer sur un bouton Apple Pay et autoriser le paiement à travers son identification, difficile de faire plus rapide…

Paiement en ligne Apple Pay

Et si vous souhaitez faire un achat à travers une application, l’opération est strictement identique à la seule différence qu’elle est réservée aux possesseurs d’iPhone ou d’Apple Watch.

Deuxième avantage d’Apple Pay : des paiements plus sûrs

Au premier abord, cela peut paraître étonnant, mais c’est bien une réalité : les paiements effectués avec Apple Pay sont plus sûrs que ceux effectués par carte bancaire.

Des paiements plus sûrs avec Apple Pay

Comment est-ce possible ?

Le fonctionnement d’Apple Pay repose sur deux couches de sécurité :

  • Les données cryptées : dès que les données d’une carte bancaire (numéro de carte, nom, etc…) sont rentrées dans l’application, celles-ci sont immédiatement cryptées et stockées dans un espace sécurisé du téléphone, le "Secure Element".
    Ensuite, au moment du paiement, ces données cryptées sont transformées sous forme de jeton à usage unique (comme le système des cartes bancaires virtuelles) et transmisent au terminal de paiement via la technologie NFC.
    A partir de ce moment, ce sont les grands réseaux de carte bancaire (Visa, Mastercard et American Express) qui décodent l’information avec l’aide d’Apple et en fin de chaîne les banques autorisent ou non le paiement. En procédant de cette manière, l’immense avantage est le commerçant n’a aucun accès aux informations de la carte bancaire. En d’autres termes, il "regarde passer" celle-ci et se contente de savoir si la transaction est acceptée ou pas, exactement comme le client.

  • L’identification biométrique : le deuxième levier pour des transactions sécurisées est l’identification du payeur. Alors que par carte bancaire cette étape est matérialisée par un code secret, Apple Pay utilise au choix l’empreinte digitale ou la reconnaissance faciale. En termes de complexité, il est prouvé que l’identification biométrique est beaucoup plus difficile à reproduire pour un hacker que le code secret d’une carte bancaire.

Au final, il faut garder à l’esprit qu’une opération de paiement, si elle nous paraît très banale dans notre vie quotidienne, reste une opération complexe d’un point de vue technologique car elle fait intervenir beaucoup de facteurs, à la fois des technologies existantes (comme le NFC) et des intermédiaires (comme la banque du commerçant ou du client).

Par conséquent, garantir une transaction 100% sécurisée est une utopie et Apple Pay ne fait malheureusement pas exception à la règle.

Toutefois, en comparaison d’un paiement par carte bancaire, les technologies employées sont clairement considérées par les experts en sécurité comme bien plus performantes.

A vrai dire, si nous partons du principe qu’Apple Pay permet de remplacer le stockage de nos informations de paiement en un seul lieu (Apple) contre une multitude de commerçants auparavant, le débat concerne la confiance à accorder à Apple…

D’ailleurs, à ce sujet, Apple insiste ne pas stocker ces informations sur ses serveurs.

De plus, si aucun historique des paiements n’est consultable sur l’Apple Watch, l’historique sur iPhone est limité à seulement 10 entrées. Or, cet historique n’étant pas toujours très fiable (plus d’informations dans les questions fréquentes ci-dessous), cela aurait tendance à prouver qu’Apple dit vrai…

Des limites à Apple Pay ? Vos interrogations sous forme de question-réponse

Après les fondamentaux d’Apple Pay, l’heure est venue de rentrer dans les détails..

Car pour un moyen de paiement plus qu’autre chose, changer ses habitudes n’est pas sans soulever beaucoup de questions.

Est-ce que je dois changer de banque ?

C’est une possibilité car les banques françaises rechignent à autoriser Apple Pay.

La question est financière : à chaque paiement par carte, les banques reçoivent normalement une commission, or avec Apple Pay, c’est Apple qui est en position de force sur ce point stratégique.

Mais pas de panique : voici un article complet avec la liste des banques qui acceptent Apple Pay et les autres.

Que se passe-t-il en cas de vol de mon téléphone ou de ma montre ?

Comparativement à une carte bancaire, le vol de l’iPhone a potentiellement beaucoup moins de conséquences sur vos finances personnelles.

Grâce à l’identification biométrique, via Touch ID ou Face ID, le voleur ne sera pas en mesure de réaliser des paiements à votre place, que ce soit en magasin ou en ligne. De plus, les données des cartes n’étant pas physiquement présentes sur le téléphone, il n’y a aucun risque de ce côté là.

De plus, l’utilisateur peut se connecter à l’adresse icloud.com afin de tenter de localiser son téléphone. En cas de vol avéré, l’option existe de supprimer seulement les cartes enregistrées dans Apple Pay ou bien toutes les données du téléphone.

Dans le cas de l’Apple Watch, la procédure est identique sauf que l’identification de l’utilisateur se fait par l’insertion d’un code secret à chaque mise au poignet.

Que se passe-t-il en cas de vol de ma carte bancaire ?

En cas de vol d’une carte bancaire enregistrée dans Apple Pay, il suffit de faire opposition sur cette carte. Dès l’opposition effective, les paiements via Apple Pay depuis cette carte seront impossibles. Vous pouvez alors supprimer la carte depuis Apple Pay et rajouter les données de votre nouvelle carte.

A noter que si vous utilisez la fonction "blocage temporaire" de la carte, celle-ci sera également inutilisable avec Apple Pay le temps du blocage.

Quelle est le montant maximum par transaction ?

En théorie, il n’y a pas de montant maximum pour les transactions réalisées avec Apple Pay, tant que la transaction reste dans les clous du plafond de paiement de la carte associée.

Toutefois, le montant maximum de transaction peut être soumis à deux limites :

  • Une limite émanant de la banque elle-même, par exemple 300€ pour les banques du groupe BPCE
  • Une limite venant de certains terminaux de paiement pas encore à jour, par exemple 20€ ou 30€ quand ces terminaux considèrent Apple Pay comme un simple paiement sans contact

Au final, ces deux limites sont amenées à disparaître car elles se justifient par la prudence des banques dans un premier cas à proposer un nouveau moyen de paiement, et un retard technologique dans le second cas.

Apple Pay est-il accepté partout ?

Apple Pay est accepté en théorie sur tous les terminaux de paiement avec le logo sans contact.

Ce qui en fait un sacré nombre !

Par contre, si le logo n’est pas présent, il est absolument impossible de réaliser un achat.

Toutefois, certaines enseignes avec le logo sans contact peuvent malgré tout refuser les achats par Apple Pay, notamment si elles possèdent par ailleurs une solution concurrente d’Apple Pay dans le domaine des paiements. Par conséquent, dans la pratique, certains paiements peuvent être refusés avec Apple Pay.

Mais pas de panique ! Jusqu’à présent, la plupart des utilisateurs d’Apple Pay ne rencontrent aucun souci au quotidien, et en cas de paiement refusé, vont simplement voir la concurrence. Pour cette raison et compte tenu de la montée en puissance du service, il est difficile d’imaginer les commerçants réfractaires rester arc-boutés sur leurs positions…

Pour les paiements en ligne et dans les applications, la situation est similaire sauf qu’il est un tout petit plus complexe de proposer Apple Pay. Pour cette raison, proportionnellement, il y a peut-être un peu moins de boutiques en ligne qui acceptent Apple Pay, mais le nombre ne fait que s’accroître tous les jours car il est dans leur intérêt de pouvoir accepter tous les paiements de leurs clients.

En d’autres termes, si Apple Pay est globalement très bien accepté, la carte bancaire peut encore servir en dépannage.

Est-ce qu’Apple a accès à l’historique de mes transactions ?

Sur ce point, Apple annonce que la philosophie d’Apple Pay est d’être un outil pour faciliter les paiements mais qu’en aucune manière la firme de Cupertino ne prend connaissance des informations qui transitent sur son service.

Ceci dit, dans un souci d’expérience utilisateur, Apple Pay permet de consulter les 10 dernières transactions.

Or, dans la mesure où ce sont les banques qui acceptent in fine les paiements (après consultation du solde, des limites de la carte, etc…), nous sommes amenés à croire qu’Apple dit vrai car pour des raisons que nous allons voir ci-dessous, le faible historique des transactions présenté n’est pas toujours très fiable.

Est-ce que Apple Pay est utile pour la gestion de budget ?

C’est certainement le point faible d’Apple Pay.

En effet, Apple Pay ne permet de consulter que les 10 dernières transactions.

Or, le montant affiché peut parfois être erroné pour deux raisons :

  • En cas de demande d’autorisation du paiement par le terminal : de nombreux distributeurs automatiques envoient une demande d’autorisation à la banque du client pour un montant plus élevé que la transaction. Par exemple, pour un achat de 10€, un terminal peut envoyer une demande d’autorisation pour 30€. Or, dans ce cas de figure, Apple Pay affichera cette transaction pour un montant de 30€, et cela même si le montant réellement payé est de 10€
  • En cas d’annulation du paiement : pour diverses raisons, il se peut qu’un commerçant annule un paiement en cours. Dans ce cas de figure, si le reçu du terminal affiche bien la transaction comme annulée, Apple Pay indiquera l’opération comme couronnée avec succès

Si les notifications et l’historique des paiements d’Apple Pay peuvent être considérés comme une aide, il ne faut pas oublier qu’au final c’est la banque qui fait foi. Par conséquent, le relevé bancaire est autrement plus fiable pour la gestion de ses comptes qu’Apple Pay, aux fonctionnalités limitées dans ce domaine.

Découvrez notre recommandation pour la meilleure banque avec Apple Pay.

Combien de cartes peut-on ajouter dans Apple Pay ?

Vous pouvez ajouter jusqu’à 8 cartes bancaires dans Apple Pay, ce qui doit être suffisant pour couvrir la majorité des besoins !

Puis-je utiliser Apple Pay à l’étranger ?

A partir du moment où vous vous déplacez dans un pays où Apple Pay est implanté (plus d’une vingtaine à ce jour dont les Etats-Unis, le Royaume-Uni ou le Japon), vous pouvez utiliser Apple Pay exactement de la même manière qu’en France.

Toutefois, n’oubliez pas que c’est la carte bancaire qui l’emporte sur l’application ! Par exemple, les frais appliqués seront ceux de la grille tarifaire de votre banque, probablement plus élevés à l’étranger. De même, à l’initiative des banques, les mesures de sécurité sont parfois renforcées à l’étranger.

Les assurances de ma carte bancaire fonctionnent-elles toujours ?

Absolument.

En fait, du point de vue des banques, réaliser un paiement avec Apple Pay revient à une utilisation de la carte bancaire. A ce titre, les assurances liées à votre carte bancaire sont donc opérationnelles, exactement comme si vous aviez payé avec votre carte bancaire.

De plus, certaines banques, dans le cadre d’offres de bienvenue ou pour répondre à des conditions minimales d’activité, demandent un nombre de transactions minimum à réaliser par carte bancaire sur une période donnée, par exemple par mois ou par trimestre. Là aussi, les paiements via Apple Pay sont considérés exactement comme des paiements par carte bancaire.

Le guide de vos finances en ligne
Apple Pay
Date Published: 01/07/2018
Apple Pay permet des paiements plus sûrs et rapides, que ce soit en magasin ou en ligne
4.5 / 5 stars

Si vous avez aimé ce contenu

Gardez contact avec Nextbanq !
1 fois par mois, recevez les infos essentielles.
Faites-le savoir !
Grâce aux réseaux sociaux, rien de plus facile !

Dernières infos

Sur le sujet

Pour aller plus loin